Spread the love
sg du maep
Komlan Françoise Assogba, Sg du Maep, a présidé la cérémonie d’ouverture

Les acteurs du secteur de la filière maïs et les autorités du Ministère de l’agriculture de la pêche et de l’élevage se sont retrouvés lundi 15 janvier 2017 à à Lokossa  autour d’un atelier d’actualisation du Programme de recherche du centre national de spécialisation sur le maïs. A l’ouverture de l’atelier,  la secrétaire général du Maep, Komlan Françoise Assogba a montré qu’en dépit des nombreux investissements faits par le gouvernement en faveur de la production du maïs,  cette dernière reste en dessous des attentes. Pour elle, de nombreuses causes dont la vétusté des technogies de production, de conservation de stockage et la non organisation des acteurs de la filière sont à l’origine de cette situation. C’est donc pour relever ce défi que de nombreux pays africains dont le Bénin ont élaboré le programme de recherche du Cns-Maïs. « La mise en oeuvre de ce projet a permis de générer des informations et 16 technologies avec trois variétés de maïs résistantes au striga et tolérantes à la sécheresse par les producteurs du Bénin pour l’amélioration de la qualité de ce produit», a-t-il mentionné. Malheureusement,  ce programme n’a pas été à la hauteur des attentes. Raison pour laquelle le Maep a organisé cet atelier pour évaluer et actualiser ce programme.  «Pour ce faire,  un comité composé de quatre membres est mis en place pour recenser les nouvelles contraintes au développement des chaînes de valeurs du maïs dans la sous-région et proposer des thèmes de recherches pouvant lever les nouvelles contraintes recensés», a-t-elle déclaré. Selon elle,  cet atelier doit permettre d’atteindre les résultats de validation du rapport du comité d’évaluation du Programme Cns-maïs et l’actualisation du programme de recherche. Elle s’est engagée à accompagner les participants dans cette mission avant de lever un coin de voile sur les attributions du Cns-maïs. « Le Cns-maïs qui a pour objectif d’accroître le développement des chaînes de valeurs du maïs en Afrique de l’Ouest, est un précieux instrument de réalisation des objectifs du développement durable », a-t-elle conclu.

 Claude Ahovè

(Br Mono-Couffo)