Spread the love

samou-adambiLa ville de Dassa-Zoumè a abrité du 07 au 08 décembre 2017, un séminaire concertation et d’échange sur l’organisation du suivi des activités minières  au Bénin. Cette rencontre qui a réuni  préfets,  membres du bureau exécutif de l’Association nationale des communes du Bénin (Ancb),  maires et  cadres de l’administration minière, a permis de redéfinir de nouvelles stratégies pour  dynamiser le secteur minier afin qu’il contribue au développement de notre pays.

 Cette rencontre, initiée par la Direction générale de l’industrie minière et pétrolière (Dgimp) à la faveur des acteurs du secteur minier fait suite à un besoin de dissémination des textes organisant les activités des mines au Bénin. «La concertation était nécessaire parce que,  lorsque nous avons commencé par faire des suivis périodiques sur les carrières, nous avons noté que les acteurs sont confrontés  à des difficultés liées à la méconnaissance de la règlementation », a justifié le Dgimp, Basile Kanon Odjo. Selon lui, à l’ère  des réformes,  le défi majeur  est de parvenir à mettre en place  de nouvelles stratégies qui permettront la contribution du secteur des mines au développement économique du pays. En procédant à la clôture de ce séminaire, le ministre de l’Eau et des mines (Mem), Samou Séidou Adambi, a rappelé  l’objectif de la rencontre qui est de mieux faire connaître les différents textes législatifs et réglementaires du secteur minier à tous les acteurs et de les rendre plus opérationnels. A l’en croire,  elle s’inscrit dans le cadre d’un vaste  programme de réformes dans le secteur minier qui prend en compte la relecture du code minier, l’actualisation du document stratégique pour le plan d’actions du secteur minier. Raison pour laquelle la présente concertation est d’importance capitale  et dont la mise en œuvre des recommandations qui y découlent  permettra de réduire sensiblement les exploitations illégales des substances minérales et des carrières sur toute l’étendue du territoire national.  Pour finir, il a rassuré les participants quant aux dispositions à prendre en vue d’accélérer le processus. Pendant deux jours, les invités du Dgimp ont passé en revue les textes règlementaires et législatifs à travers plusieurs communications animées par des personnes avisées,  défini de façon consensuelle avec les acteurs un mécanisme de suivi dynamique des activités minières, trouvé  de nouvelles stratégies pour mettre fin aux exploitations frauduleuses et anarchiques des ressources minérales.  Le ministre a souhaité que le rôle de facilitation des maires soit renforcé et que la collaboration soit accrue en vue d’un suivi efficace sur le terrain. Car, a-t-il dit, le secteur ne peut se décoller sans l’implication des maires et des préfets dans le processus de délivrance et de suivi des titres miniers.

Zéphirin Toasségnitché 

(Br Zou-Collines)