Spread the love
Ollénicolle
Ollé-Nicolle a finalement saisi la Fifa

De sources concordantes, l’ancien sélectionneur des Ecureuils, Didier Ollé-Nicolle, a saisi la Fifa à la mi-décembre 2014 pour solliciter son arbitrage dans le cadre du différend qui l’oppose au Bénin. Dans la requête formulée par son avocat, le technicien français dénonce une résiliation unilatérale de son arrêté de nomination par le ministre des Sports béninois, Safiou Idrissou Affo. Toujours installé à Royat, près de Clermont-Ferrand (France), avec sa compagne, il compte mener le combat jusqu’au bout. La seule certitude qu’il a en ce moment, c’est qu’il n’est pas encore libéré de son contrat signé avec la Fédération béninoise de football (Fbf). En saisissant l’instance internationale, Ollé-Nicolle tient à se libérer d’un contrat pour lequel il n’est plus payé depuis des mois mais qui l’empêche encore d’aller exercer son métier ailleurs. Et c’est pour ces mois perdus à ne rien faire que le Bénin devra le dédommager dans un délai raisonnable.

655.550.000 f réclamés…

 Selon le dossier présenté à la Fifa, il réclame pas moins de 655.550.000 francs Cfa avant de casser le contrat qui le lie à la Fbf. La requête a été déjà transmise à l’instance dirigée par Augustin Ahouanvoèbla. Un montant insurmontable pour la Fbf qui n’a pas été consultée avant l’abrogation de l’arrêté de nomination du sélectionneur par le ministre des Sports à la mi-novembre 2014.

 Epiphane Axel Bognano

Safiou Affo veut-il faire perdre des millions ?

 L’abrogation de l’arrêté de nomination du sélectionneur national par le ministre des Sports n’arrange pas le Bénin. Surtout que l’autorité n’a initié aucune concertation avec la Fbf dans ce sens. Le technicien français qui réclame 655.550.000 f, pourrait bien avoir gain de cause d’autant que le Bénin aura du mal à se défendre dans ce dossier. Si le Bénin était amené à payer des millions de francs à Ollé-Nicolle, ce serait de la faute du ministre Safiou Idrissou Affo. D’autant qu’il aura encouragé la saignée à laquelle les caisses de l’Etat seront exposées. Car, il lui suffisait simplement d’engager des échanges avec le sélectionneur en vue d’une rupture à l’amiable de son contrat. Mais il a voulu imposer sa volonté. Ce que la Fifa n’aime pas. D’ailleurs, l’instance internationale a toujours protégé les sélectionneurs victimes de licenciement abusif et privés de salaires sur la durée de leur contrat. Safiou Affo est vraiment dans de beaux draps…

 E.A.B