Spread the love
O-NICOLLE
Ollé-Nicolle tient à être dédommager

Libéré par le ministère des Sports béninois depuis quelques mois, l’ancien sélectionneur des Ecureuils, Didier Ollé-Nicolle, réclame toujours des dommages pour « rupture unilatérale » de son contrat. Approché ces derniers jours, l’actuel entraîneur de Sr Colmar (club de National en France) confie n’avoir pas envie de rire en évoquant le sujet. « En novembre, le ministre des Sports a dissous la Fédération béninoise, sur fond de luttes de pouvoir et de corruption. Du jour au lendemain, je n’ai plus été payé. Alors je me suis fâché… J’ai pris un avocat et la Fifa m’a libéré à la mi-mars 2015. La justice doit encore statuer sur mon cas. Mon contrat n’a pas été respecté », a-t-il déclaré. Il estime qu’en posant ses bagages au Bénin en février 2014, il avait vraiment envie de réussir en Afrique. Seulement, il est resté déçu par les autorités béninoises. « C’était une expérience très enrichissante, sportivement et humainement. Des anecdotes, j’en ai des tas. Une fois, on a été délogé de notre hôtel en pleine nuit parce que notre Fédération n’avait pas payé les chambres. Je me suis retrouvé dans la rue avec mon effectif, à 2 ou 3h du matin, à deux jours d’un match de qualification pour la Can 2015, contre le Malawi. Heureusement, il ne faisait pas froid… », a-t-il fait savoir. Aujourd’hui, il affirme avoir eu du réconfort. « Je me suis rapproché de mes deux enfants, Romain et Marine (27 et 23 ans), qui vivent au Luxembourg. Le plus important, ce sont quand même les enfants et leur épanouissement. Mes vrais réconforts, en cas d’échec, ce sont eux … ».

 Epiphane Axel Bognanho