Spread the love

edmond amoussouLa situation des dialysés au Bénin a été le sujet principal débattu sur  l’émission sociopolitique « Cartes sur table » de Océan Fm, hier dimanche 12 août 2018. Invité, par le secrétaire général permanent des hémodialysés et insuffisants rénaux de l’espace Uemoa, Edmond Amoussou, a passé en revue les difficultés que rencontrent les dialysés. Il a profité pour explorer quelques pistes de solutions pour une meilleure prise en charge des malades.

« Le Néo-récormon est désormais disponible au Centre national hospitalier et universitaire (Cnhu) Hubert Maga de Cotonou. Les hémodialysés et insuffisants rénaux de ce centre peuvent à nouveau bénéficier de ce produit », a renseigné le secrétaire général permanant des hémodialysés et insuffisants rénaux de l’espace Uemoa. A l’opposé de Mohamed Rahimy-Titus, président du Conseil national des dialysés et insuffisants rénaux du Bénin qui estimait lors d’une sortie médiatique la semaine écoulée qu’il n’y avait pas péril en la demeure, Edmond Amoussou a laissé entendre que le médicament Néo-recormon indispensable au maintien des patients en vie avait fait défaut pendant environ trois mois. Il s’agit d’un produit dont la boîte de 6 comprimés coûte 63 mille francs Cfa. « Il y a eu des problèmes mais avec nos différents plaidoyers, les autorités ont commencé par nous écouter et la situation s’améliore depuis la semaine passée », a-t-il souligné. Autre problème, à en croire l’invité de Hospice Houénou de Dravo, c’est le fonctionnement interrompu de la structure de dialyse. C’est une anomalie qu’il faudra corriger. Le personnel est fatigué de même que les machines. Ceux qui dialysent à partir de 0h jusqu’à 6h du matin ne sont pas bien dialysés. L’idéal aurait été qu’il ait au plus 3 séances de dialyse par jour afin de mettre les machines au repos à zéro heure pour l’entretien et recommencer à 6h du matin le lendemain », a expliqué le secrétaire général permanant des hémodialysés et insuffisants rénaux de l’espace Uemoa. Pour résoudre ce problème, il propose une multiplication des centres de dialyse dans tous les départements du Bénin pour compléter les quatre centres existants parmi lesquels on note deux du public et deux du privé. Selon Edmond Amoussou, la création d’une agence dédiée à la dialyse au Bénin pourra permettre de gérer au mieux les dialysés.Le secrétaire général permanent des hémodialysés et insuffisants rénaux de l’Uemoa encourage le chef de l’Etat Patrice Talon à poursuivre les réformes engagées dans le secteur de la santé en suivant de près la situation des hémodialysés. « Ce que nous demandons, c’est qu’on anticipe sur les problèmes », a-t-il conclu.

Marcus Koudjènoumè