Spread the love

La-route-Founougo-BanikoaraLe tronçon routier Lokossa-Adohoun occupe une place importante dans le trafic des marchandises dans les communes de Lokossa et d’Athiémé. Malheureusement, cet axe routier qui relie les deux communes est en état de dégradation très avancée. Ainsi, de nombreuses activités économiques risquent de prendre un coup si les autorités communales ne parent pas au plus pressé.
Les populations des communes de Lokossa et d’Athiémé éprouvent d’énormes difficultés en raison de l’impraticabilité du tronçon routier, Lokossa-Adohoun. En effet, il est très difficile de circuler, ces derniers temps, sur cet axe routier qui permettait, auparavant, aux usagers de la route de circuler librement. Jonchée de trous et des crevasses par endroits, cette voie ne favorise plus le passage d’un flux important des usagers. En saison pluvieuse, inutile d’emprunter ce tronçon routier. Elle devient très impraticable. C’est presque un calvaire pour les conducteurs de taxi-moto d’emprunter cet axe routier en cette période. Compte tenu des difficultés causées par des trous et crevasses qui se trouvent sur cette voie, certains d’entre eux augmentent le tarif. D’autres défendent même à leurs clients de les faire transporter sur cette voie. Du coup, les activités économiques des deux communes se trouvent bloquées en raison de la dégradation de ce tronçon routier. Alors, vu l’ampleur des dégâts causés par cette voie, les jeunes des quartiers d’Adohoun ont décidé de prendre les ‘’taureaux par les cornes’’ en remblayant cette piste rurale. A l’aide des houes, coupe-coupe, pelles et haches, ils essaient, chaque jour que Dieu fait, de soulager les populations en comblant les trous qui se trouvent sur cette voie. Pour leur porte-parole, Laurent Aguida, c’est la seule manière pour eux d’apporter leur contribution à la réhabilitation de cette voie.

L’indifférence des autorités communales

Les souffrances endurées par les populations sur cette voie ne disent pratiquement pas grand-chose aux autorités communales et locales des deux communes. Elles s’en soucient très peu. Car, à en croire certains usagers dont Samuel Bessanh, elles ne font rien pour les soulager. Pour lui, il urge que les autorités communales d’Athiémé et de Lokossa se préoccupent de la situation et entreprennent des travaux en vue de la réfection de cette voie qui relie les deux communes. Jean Agbidinoukoun qui est aussi un usager de la voie pense que si les autorités communales ne réagissent pas vite, les populations seront obligées de faire des mouvements de protestation. Il saisit l’occasion pour appeler ces autorités à régler ce problème qui dure déjà trop longtemps. « C’est en période électorale que les autorités font de belles promesses. Lorsque cette période passe, elles ne font plus rien », a-t-il certifié. A défaut de reconstruire cette route, il a invité les autorités communales à appuyer les jeunes qui travaillent déjà, de jour comme de nuit, pour la réhabilitation de cette voie, pour soulager les peines des populations.

C. A
(Br Mono-Couffo)