Spread the love

ARTISTES-MASTERSLes acteurs culturels ont manifesté ce mercredi 24 août 2016 au ministère de l’économie et des finances. La diminution du fond d’aide à la culture par le gouvernement du nouveau départ est à la base de ce mécontentement observé par les artistes, promoteurs culturels et autres.

La dotation du fond d’aide à la culture passe désormais de cinq milliards à deux milliards trois cent millions de francs cfa pour le compte de l’année 2016. C’est cette nouvelle qui affole le collectif des acteurs culturels composé de la confédération béninoise des acteurs des arts et de la culture, la confédération béninoise des musiques modernes et traditionnelles, et le mouvement du mercredi rouge des artistes. Les manifestants estiment qu’en procédant ainsi, le gouvernement viole la loi portant charte culturelle au Bénin. Ils dénoncent par cette mesure une injustice qu’il faudra corriger au plus tôt en maintenant les cinq milliards  qui sont déjà considérés comme acquis. Cet abattement de 52% du fonds à en croire ceux-ci fera aggraver les difficultés du secteur de la culture déjà mal en point. « … monsieur le ministre, vous aviez décidé de nous asphyxier et de nous mettre à la rue et nous artistes et acteurs culturels ne pouvons l’accepter… nous protestons vigoureusement contre cette mesure de privation. Restituer nous les ressources destinées au Fac. Nous réclamons la totalité de nos cinq milliards. Nous avions droit à plus que cela » a martelé Pascal Wanou, porte parole du collectif. Le collectif a été reçu par le directeur de cabinet du ministre de l’économie et des finances qui les a invités au dialogue et  à la patience. « Ce pays, c’est pour nous tous et s’il y a des difficultés, nous devons nous asseoir pour trouver des solutions…pour le ministre de l’économie et des finances, la culture reste le socle du développement et le ministre reste dans la dynamique du dialogue et de la concertation » a déclaré Servais Adjovi. Les manifestants ont promis revenir à la charge s’ils n’avaient pas gain de cause.

Marcus Koudjènoumè