Spread the love

vicentiaLes auditions se sont poursuivies hier mercredi 5 septembre 2018 dans le cadre de l’enquête ouverte par le Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Cotonou à la suite de la disqualification du Bénin du tournoi qualificatif pour la Can cadets 2019. Dans un premier temps, le directeur des compétitions de la Fédération béninoise de football (Fbf), Quentin Didavi, et le secrétaire administratif de l’institution, Zéphirin Déguénon, ont été auditionnés par l’officier de police judiciaire en charge de l’enquête à la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj). Après avoir fait leur déposition, ils ont été invités à attendre pour d’éventuelles confrontations avec l’ancien président de la Fbf, Anjorin Moucharafou, les dix joueurs incriminés et les membres du staff technique à savoir Lafiou Yessoufou (entraîneur principal), Jonas Nounawon (entraîneur adjoint) et Jean-Louis Noumahangnan (entraîneur des gardiens) déjà en garde à vue sans oublier Docteur Parfait Aivodji du staff médical des équipes nationales. Par ailleurs, Docteur Vicentia Boco, Professeur titulaire en imagerie médicale, qui a validé la contre-expertise effectuée par le Centre de radiographie, d’échographie et de scanner (Cres) de la Clinique Les Grâces, le technicien qui a réalisé les tests Irm indexés, ont été aussi écoutés et soumis aux confrontations d’usage.

 La garde à vue des dix joueurs prorogée

 La procédure suit donc son cours normal. Dans l’après-midi d’hier, les dix joueurs incriminés qui venaient de boucler la durée normale de la garde à vue à savoir 48 heures, ont été conduits devant le Procureur de la République. Ce dernier a décidé de proroger leur garde à vue pour les besoins de l’enquête. Ils ont été alors ramenés à la Dcpj sise à Agblangandan.

EAB

La justice doit frapper fort

Suite à l’éclatement du dossier de fraude sur les âges de dix joueurs de l’équipe cadette des écureuils, la réaction du gouvernement ne s’est pas fait attendre. Ceci, à travers la plainte du ministre des Sports et la diligence de la justice. Les principaux suspects ont été interpellés et gardés à vue. Vu la gravité de la situation, il faut que la justice ne laisse aucun suspect dans cette affaire. Ils devront tous subir la rigueur de la loi. Les sanctions devront être aussi très lourdes.  Cependant, il faut dire que cette situation n’est pas une première même si celle-ci a été dévoilée à la face du monde. Par le passé, on a assez entendu des rumeurs ou dénonciations sur ce genre de pratique qui était certainement à la base des résultats biaisés enregistrés lors des participations du Bénin aux compétitions. Pour mettre fin à ces pratiques peu orthodoxes, le président Patrice Talon et le ministre des Sports Oswald Homéky ont initié des réformes. Elles passent par la mise en place des associations sportives communales et l’instauration des classes sportives. Elles permettront à long terme, de détecter des talents à la base et d’assurer la relève.  Le gouvernement a donc déjà pensé à la solution à ce problème sans attendre l’éclatement d’une affaire nauséabonde.

 M.Y.A

(Stag)