Spread the love
Transport d'un petit garçon vers les urgences
Transport d’un petit garçon vers les urgences

Une scène de bousculade a éclaté hier dimanche 21 décembre 2014 à l’école primaire publique de Zogbo dans le 9ème arrondissement de Cotonou au cours d’une cérémonie de distribution gratuite de cadeaux de noël. Plusieurs enfants ont frôlé la mort.

Cotonou a évité de justesse un drame, hier dimanche. Une manifestation baptisée «Spéciale fête de Noël aux enfants», organisée à l’école primaire publique de Zogbo, dans le 9ème arrondissement de la ville a enregistré de graves dérapages. Les organisateurs ont annoncé plus de 50000 cadeaux à distribuer. L’effervescence commence très tôt, peu avant 8 heures avec l’arrivée des premiers invités accompagnés de leurs parents. Au fil des minutes, l’école connaît une affluence record et la foule s’impatientait. Les chaises et bâches installées et pris d’assaut par les premiers venus ne pouvaient pas contenir ce nombre impressionnant. Après une longue attente dans une chaleur infernale, la cérémonie a été lancée vers 11 heures. Le parrain de l’évènement, Léhady Soglo, étant absent, c’est le ministre de l’Urbanisme, de l’habitat et de l’assainissement, Christian Sossouhounto qui s’en est chargé. A ses côtés, on pouvait remarquer d’autres militants de la Renaissance du Bénin, en l’occurrence le président du Collectif des chefs quartiers de Cotonou, Emile Houndeladji. Après le lancement, les officiels se sont retirés. Mais derrière eux, aucune organisation n’a été mise en place. Profitant de cette défaillance, les enfants lassés d’attendre, se sont jetés sur les cadeaux, créant une monstrueuse bousculade. Entre piétinement et étouffement, plusieurs d’entre eux tombent et ne se relèvent plus. C’est la panique générale. Les premiers secours ont été portés par les parents eux-mêmes qui transportaient sur le dos leurs enfants pour les évacuer vers le centre de santé le plus proche, qui est l’hôpital de Zone de Zogbo. Les sapeurs pompiers appelés, ont pris le relais en acheminant quelques enfants à l’hôpital St Luc. Selon les différentes sources hospitalières, on ne déplore aucune perte en vie humaine.

 Claudine Vodounon