Spread the love
djalil assouma
Le Directeur général, Assouma a adressé un bilan exhaustif des réformes

Le Directeur général de Bénin Télécom était, hier lundi 06 juillet 2015, sur les plateaux de la Télévision nationale dans le cadre d’une émission débat portant sur les réformes en cours dans le secteur de la télécommunication. A cette occasion, le Dg Djalil Assouma a éclairé la lanterne des uns et des autres sur les actions qu’il entreprend en vue d’accroître le chiffre d’affaires de cette société d’Etat.

Pour faire du Bénin le quartier numérique de l’Afrique, qui est la vision du chef de l’Etat pour l’horizon 2025, un certain nombre de réformes ont été entreprises par le régime en place. Ces réformes, à en croire le Directeur général de Bénin Télécom, se présentent sous quatre axes. Le premier axe, a-t-il dit, permet de respecter les textes en vigueur, en créant une société d’infrastructures, en l’occurrence Bénin Télécom infrastructures, qui se chargera de vendre les capacités nationales et internationales par échange de fibre optique à tous les opérateurs du secteur pour leur permettre de le redistribuer. Ce qui fera de Bénin Télécom infrastructures le « vendeur de gros ». Sur cette lancée, « le deuxième câble sous-marin est, désormais, une réalité au Bénin », a annoncé le Dg Djalil Assouma. Ensuite, le deuxième axe de ces réformes est la création de Bénin Télécom services qui est une société qui s’occupe de tout ce qui a trait à la téléphonie et à l’internet. Ceci, pour le secteur affaire et le secteur résidentiel. Le troisième axe, quant à lui, a trait à Libercom, la branche mobile qui s’occupe du gsm. En effet, face aux contre-performances du premier réseau Gsm au Bénin, le gouvernement en place a décidé de la rendre compétitive en ouvrant le capital de cette entreprise au secteur privé. A terme, cela permettra la mise sur les fonts baptismaux de « Libercom Sa ». Car, a justifié Djalil Assouma, les réformes dans le secteur des télécoms nécessitent plus de 500 milliards. L’Etat à lui seul ne peut pas investir dans ce secteur. « Il faut l’apport du privé », a-t-il indiqué. Outre ces trois réformes purement institutionnelles qui permettent la création de trois sociétés, la dernière réforme prend en compte l’axe stratégique et organisationnel. Avec ce dernier, il a fallu redéfinir l’entreprise afin de lui permettre d’être tournée vers le client. De ce point de vue et sous l’égide du chef de l’Etat, Yayi Boni, il a été mis en service un guichet unique dans le cadre du doing business. « Aujourd’hui, les clients ont un point d’accès unique à Bénin Télécom Sa », s’est réjouie la première autorité de Bénin Télécom, l’opérateur historique des télécommunications au Bénin. Evoquant le volet internet, le Dg Djalil Assouma s’est référé à la 4 G qui est, aujourd’hui, une réalité. A l’en croire, l’avènement de cette technologie, dont le Bénin est l’un des rares pays de l’Afrique de l’Ouest à se l’approprier, permet l’accès rapide à internet et à moindre coût. Face à toutes ces actions, il est aisé de dire qu’avec le Dg Djalil Assouma, un climat de confiance est créé afin de permettre au secteur privé d’injecter assez de ressources dans ce secteur des télécommunications porteur de revenus et d’emplois durables.

 Joël Samson Bossou

Eric Houndété