Spread the love

Djogbenou-face.9Le président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou, a rassuré le peuple béninois d’une gestion optimale et transparente des élections législatives. C’était à l’occasion d’une cérémonie de présentation de vœux aux hommes des médias, vendredi 1er février 2019 au siège de l’Institution.

L’organisation des élections législatives libres et transparentes constitue une préoccupation pour les différentes couches socio-politiques. En effet, dans ses échanges de vœux avec le président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou, les hommes des médias ont fait  de la question une préoccupation majeure. Euloge Gandaho, Porte-parole des professionnels des médias, a tout d’abord exprimé la satisfaction de ses confrères quant aux réformes entreprises au sein de la Haute juridiction. Il n’a pas occulté la célérité et la transparence dans le traitement des dossiers, mais également le principe du contradictoire sous l’actuelle mandature. Ensuite, il a attiré l’attention du président Djogbénou sur l’article 242 du Code électoral qui fait grand bruit dans l’opinion. Ainsi, il a exhorté la Cour à organiser un séminaire d’appropriation du Code électoral pour les professionnels des médias afin que la presse puisse informer le peuple à juste titre. Dans son intervention, le président Joseph Djogbénou a rappelé les raisons de la Cour en associant les hommes des médias aux activités de son Institution. « La Cour constitutionnelle a voulu rapprocher l’institution des citoyens et par ricochet, éviter les suspicions », a-t-il dit. En ce qui concerne les élections législatives, le président reconnaît que le citoyen attend de son Institution, des élections assumées et assurées. Par conséquent, il a déclaré que le contentieux électoral sera ouvert et que les portes de la Cour constitutionnelle ne seront pas fermées à la presse pendant la tenue desdites élections. Pour finir, Joseph Djogbénou a invité la presse à prendre ses responsabilités et à jouer convenablement son rôle pour des élections apaisées tout en souhaitant une bonne et heureuse année à tous.

 Bilan de l’année 2018 de la Cour

 A l’entame de la cérémonie, le Secrétaire général de la Cour constitutionnelle, Gilles Badé, a fait le bilan de l’institution pour le compte de l’année 2018. A l’en croire, les réformes entreprises par l’Institution sous l’ancien ministre de la justice, en l’occurrence les audiences publiques, ont permis à la Cour de  gagner en notoriété. « Nous avons commencé l’année 2018 sous tension et l’avons terminée sous pression », a-t-il dit évoquant au passage, les grèves perlées dans l’administration au lendemain de la loi votée par l’Assemblée nationale qui les supprime. S’agissant des audiences publiques, le Secrétaire général a martelé que la Cour, pour en mesurer la portée, se propose d’organiser un colloque cette année. « La présente mandature de la Cour constitutionnelle est réformiste », a-t-il déclaré, avant d’indiquer que les choses  se passeront désormais dans la célérité, l’efficacité et l’efficience. En termes de chiffres, 715 écrits représentent les sollicitations et tâches des citoyens. 495 recours ont été adressés à la Cour constitutionnelle qui a rendu 62 décisions en janvier 2018 ». Des chiffres record qui en réalité, confirment les innovations apportées au bon fonctionnement de l’Institution.

Donald Kévin Gayet

(Coll)