Spread the love

nvo-bureau-assembleeA travers une correspondance du ministre de la Justice ayant pour référence 254/Pr/Cab/Sp-C et suscité le courrier n°274/Mjldh/Sp-C en date du 26 Juin 2015 qui a été transmise au président de l’Assemblée nationale le 06 Juillet 2015, il est fait mention de la saisine par le procureur général, d’une plainte du président Yayi Boni contre le député Janvier Yahouédéou, dans le dossier Icc-Services.

La plainte formulée par le président de la République, Yayi Boni, mentionne que le député Janvier Yahouédéou a violé l’article 51 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, en usant de la tribune officielle de l’institution pour le calomnier lors de la séance plénière du 09 juin 2015. En effet, le député Janvier Yahouédéou accusait le chef de l’Etat de disposer abusivement de l’argent des épargnants d’Icc-services d’un montant de huit milliards de FCfa. Alors, le président Yayi Boni demande au président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, de prendre toutes les dispositions utiles pour permettre au député Yahouédéou de transmettre à la justice les éléments de preuves qui militent en faveur de ses déclarations. Ceci, dans le but de permettre une manifestation de la vérité. Car, en dépit des clarifications faites le 10 Juin 2015 par l’agent judiciaire du trésor, la présidente du comité de suivi, Sévérine Lawson, le député Yahouédéou a persisté dans ses allégations mensongères. Aussi, il a formulé une question au gouvernement pour amener l’Exécutif à répondre à certaines préoccupations alors qu’il prétendait disposer de toutes les preuves. Pour ce faire, il va falloir qu’il se présente devant les tribunaux pour la manifestation de la vérité. A en croire certaines sources, cette procédure du chef de l’Etat, Yayi Boni, n’est rien d’autre qu’une stratégie pour demander la levée de l’immunité du député Janvier Yahouédéou afin de l’envoyer derrière les barreaux.

 Thobias G. Rufino (Br Ouémé-Plateau)