Spread the love

Appel KrakeLes directeurs généraux de la Police républicaine et de la douane et droits indirects ont à l’occasion d’une sortie conjointe effectuée hier lundi 17 septembre 2018 à Sèmè-Kraké, invité leurs éléments à observer de façon rigoureuse le Code d’éthique et de déontologie qui caractérise leurs unités.  Ils doivent également mettre fin à la collaboration avec les « klébés ».

« Les Klébés sont rigoureusement interdits sur toute l’étendue du territoire national. S’il y a de la résistance de leur part, nous devons faire une enquête judiciaire et les présenter au Procureur de la République. Ils ne font pas partie, ni du dispositif de contrôle douanier, ni du dispositif de contrôle de sécurité. Ils sont des éléments encombrants nuisibles au bon fonctionnement du dispositif », a déclaré le Directeur général de la Police Républicaine, le Gal Nazaire Hounnonkpè. Cela, pour un mettre un terme à la collaboration d’un personnel qui ne fait pas partie des effectifs de la douane, ni de la Police. C’était à l’occasion d’un appel de mise en demeure lancé à Sèmè-Kraké par le Dgpr et le directeur général des douanes et droits indirects contre les mauvaises pratiques qui s’observent dans leurs rangs. Les deux directeurs généraux ont également interdit aux services de Police de percevoir de l’argent chez les usagers sans délivrer la quittance appropriée. Pour les contraventions, les amendes doivent être payées directement au trésor public. Les agents sont aussi appelés à limiter au strict minimum le contrôle pour rendre attrayant le poste  et éviter de conditionner les usagers aux rançonnements. De même, il est formellement interdit à la Police d’effectuer des contrôles des produits pétroliers. Ce contrôle est désormais de la responsabilité exclusive de la douane. « Si vous avez des informations sur des trafiquants qui contournent le dispositif douanier, vous renseignez le service des douanes. Et si c’est nécessaire de prêter main forte aux douaniers, vous le faites. Mais vous ne pouvez pas par vous-mêmes déclencher un contrôle de produits pétroliers », a martelé le Dgpr. Les contrôles tous azimuts sont aussi interdits sur le corridor. Les différentes patrouilles ont pour mission de sécuriser le corridor. Cependant, si un individu commet de façon flagrante une infraction, il peut être interpellé par la Police. En ce moment, le contrôle et l’interpellation doivent se faire dans la courtoisie et conformément aux dispositions en vigueur. Le temps est donc arrivé de passer à la tolérance zéro. Au niveau de la douane également, la lutte contre les pratiques malsaines a été engagée. Selon Charles Sacca Boco, de nombreuses missions d’informations ont été effectuées dans les unités et des sanctions de premier degré ont été parfois prises. « Nous prenons l’opinion à témoin pour que dès qu’il y aura des mesures disciplinaires, les uns et les autres se retrouvent à travers les sanctions qui leur seront infligées. Les déclarations et les quittances fantaisistes qui servent de raison à rançonner ne seront plus de nos habitudes », a-t-il déclaré.

 A.T.