Spread the love
AMOUSSOU-FERNAND
Fernand Amoussou se préoccupe de la situation des enseignants

 Un peu plus d’une semaine après son échange avec le monde enseignant à Pobè, Fernand Amoussou, reçoit un autre groupe d’enseignants venus de Za-Kpota, Agbangnizoun, Bohicon et Djidja. Ils sont venus lui dire leur sentiment par rapport à ses propositions pour le secteur de l’enseignement au Bénin. C’était hier à son domicile à Cotonou.

« Nous avons insisté pour vous rencontrer et vous dire que nous avons été très touchés par votre message de Pobè. Vous nous donnez déjà l’impression d’un Chef qui sera à l’écoute des enseignants et qui mettra nos préoccupations parmi les priorités de la République », a déclaré hier soir Casimir Adjakossi, membre de la délégation des enseignants venus rencontrer Fernand Amoussou. Il a été soutenu dans ses propos par Angèle Gbènon. « Votre engagement pour la révision du statut de l’enseignant nous rassure et nous vous prions de venir faire le même entretien avec nos autres collègues du zou », a déclaré cette dernière.

Au cours de cette rencontre, Fernand Amoussou est revenu sur ses propositions faites à Pobè pour le monde enseignant. D’abord, il a déploré le fait que chaque début d’année scolaire soit menacé au Bénin alors que les solutions existent pour régler, une fois pour de bon, les problèmes du monde scolaire. « Il n’y a pas de militaires vacataires ou Magistrats contractuels au Bénin. Je ne comprends pas pourquoi c’est dans le secteur de l’enseignement qu’on continue d’employer des vacataires et autres. Et pourtant, on reconnait que l’éducation est le socle du développement de tout pays. Nous devons consacrer une bonne partie du budget national au secteur de l’enseignement et savoir que nous réglons ainsi plusieurs problèmes à la fois », a dit Fernand Amoussou aux enseignants venus à sa rencontre. Pour lui, il est inadmissible que des enseignants qui sont chargés de former les cadres de notre pays soient dans de mauvaises conditions de travail, sans sécurité sociale, sans salaire et sans situations vis-à-vis de l’Etat. Fernand Amoussou pense qu’il faut nécessairement réviser le statut de l’enseignant et cela permettra de les mettre à l’aise. « L’enseignant ne doit plus continuer à être le citoyen mal loti de la République. L’enseignant doit être considéré et respecté », dira-t-il pour insister sur le décrochage de la fonction enseignante des autres catégories de métiers. Il a promis faire en sorte que le recrutement et la rémunération de l’enseignant ne soient plus confondus aux autres catégories de métiers de la République. Très prochainement, il sera dans le Zou, comme l’ont demandé les enseignants pour les entretenir davantage sur son programme pour le secteur de l’éducation au Bénin dès 2016.

 A T