Spread the love

justice audienceLes assises se poursuivent à la Cour d’appel de Cotonou. Hier, mardi 29 novembre 2016, la Cour a connu un cas de tentative d’assassinat mettant en cause le sieur Stanislas Glonou. D’après le récit fait par le Ministère public, les faits qui sont reprochés au prévenu remontent à 2007. En effet, dans la concession Glonou à Comè, les disputes sont fréquentes entre les membres de cette famille. C’est ainsi que dans la nuit du 13 au 14 décembre 2007, au détour d’une dispute, le sieur Stanislas Glonou aurait, avec une arme de fabrication artisanale, a tiré à bout portant sur Hounkpè Houngbo Nitraco. Il le blesse grièvement à la tempe gauche. Transféré d’urgence à l’hôpital de zone de Comè, il a survécu à ses blessures. Interpellé, l’accusé sera placé en détention préventive. Au total, il a passé huit années derrière les barreaux avant la tenue des assises devant statuer sur son sort. A la barre, hier, Stanislas Glonou qui comparait pour tentative d’assassinat, a reconnu les faits, mais déclare avoir agi sous l’effet de l’alcool, pour  se défendre vis-à-vis de ses frères. Au cours de son réquisitoire, le ministère public assuré par maître Marie-José Patinvo s’est référé entre autres aux circonstances de l’acte, au bulletin médico-sanitaire délivré par le médecin Mathieu Glèlè et aux articles 2 et 285 du code de procédure pénale. Il requit 15 ans de travaux forcés contre l’accusé. Pour l’avocat de la défense, Hervé Sokpon, ce dossier n’est pas une tentative d’assassinat. Il l’a plutôt qualifié de coups et blessures involontaires. Il a requit sept ans de travaux forcés pour son client. Après la délibération, la Cour présidée par Maitre Georges Goudjo a condamné l’intéressé à huit ans de travaux forcés avec paiement des frais de justice. Ayant déjà fait huit ans en maison carcérale, il retrouve, de ce fait, sa liberté et pourra mener une vie de famille avec ses deux enfants.

 Joël Samson Bossou