Spread the love
sévérin qqqq
Le ministre de la justice Sévérin Quenum

L’école désormais dédiée à la formation des professionnels de la justice démarre officiellement ses activités ce jour mercredi 5 décembre 2018 avec la formation des greffiers. Le lancement des activités de l’école a été fait hier mardi 4 décembre 2018 par le Garde des sceaux ministre de la Justice.

Les 100 greffiers admis au récent concours de recrutement entrent à l’école ce jour. Ils font partie de la toute première promotion qu’accueille la nouvelle école de formation des professions judiciaires. Le Bénin dispose désormais d’une école digne de ce nom grâce à l’ambition du gouvernement et de son ancien ministre de la Justice Joseph Djogbénou à qui un hommage a été rendu à l’occasion. Cette école se chargera de la formation initiale et continue des magistrats, des officiers de justice, des greffiers, des agents de protection de l’enfance de l’adolescence et de l’éducation surveillée. Elle se chargera également de la  formation du personnel judiciaire, des auxiliaires de justice et des officiers ministériels ainsi que la recherche dans le domaine des pratiques judiciaire comparées. Au cours de son intervention, le Directeur de l’Ecole, Éric Montcho Agbassa, a dévoilé un pan du plan de formation des futurs greffiers. « D’un effectif de 100, ces apprenants subiront pendant un an une formation à la fois théorique et pratique qui les rendra aptes à  servir efficacement la justice béninoise », a-t-il laissé entendre. Assez impressionnée par l’idée, la ministre de l’Enseignement supérieur, Marie-Odile Attanasso, a réaffirmé la disponibilité de son département à contribuer efficacement à la qualité de l’enseignement dans l’école. Le garde des sceaux, ministre de la Justice, Séverin Quenum, s’est réjoui de la naissance d’une nouvelle génération d’hommes et de femmes aptes à relever les nombreux défis qui attendent la justice. Il a nourri l’espoir de voir cette école contribuer  efficacement à relever le défi de la qualité mais aussi et surtout celui de la formation de l’homme. « Des hommes et femmes de valeur au service d’une justice de qualité au service du peuple », a-t-il exhorté. Il a souhaité que l’école de formation des professionnels de la justice soit ouverte à tous les acteurs de la justice sans distinction et contribue à rehausser la qualité dans le secteur.

HA