Spread the love

Jeanne Josette Acacha AkohaL’édition 2017 du mois de l’habitat au Bénin est désormais du passé. Elle a été clôturée, mardi 31 octobre 2017, par la directrice de cabinet du ministère du cadre de vie et du développement durable, Jeanne Josette Acacha Akoha. Etaient aussi présents à cette cérémonie qui a eu pour cadre l’hôtel de ville de Cotonou, Isidore Gnonlonfoun, maire intérimaire, et Wiliam Gbaguidi, le Secrétaire général de la préfecture du Littoral.

Le mois de l’habitat, entre-temps, journée de l’habitat, est un rendez-vous que le ne rate le ministère du Cadre de vie. Pour l’édition 2017, un programme alléchant a été concocté. A l’heure du bilan, la Dc du ministre Tonato, Acacha Akoha a constaté que les différentes activités prévues ont été exécutées. Il s’agit notamment de l’organisation du Salon international de l’immobilier et des matériaux de construction, des diverses campagnes de salubrité dans plusieurs villes, les conférences et ateliers de validation, du campus urbain qui s’est tenu durant deux jours à Cotonou et surtout les communications du programme gouvernemental de construction de 20.000 logements sociaux. Selon elle, ce bilan honore le gouvernement béninois. Le représentant du Préfet Toboula s’est, quant à lui, réjoui de la politique de l’habitat mise en place dans le Programme d’actions du gouvernement. Pour lui, face au développement incontrôlé des villes et à la forte urbanisation, l’habitat est devenu une question prioritaire pour les gouvernants du monde. « La problématique essentielle est de fournir un toit à chacun des 7,5 milliards d’âmes vivant actuellement sur la planète Terre », a-t-il souligné. Ce qui justifie, à son avis, la pertinence de cette célébration, qui permet de faire le point de la situation et de rappeler le droit de chacun à un habitat sain. Le maire intérimaire de Cotonou, tout en se félicitant du choix de sa ville pour abriter ladite cérémonie de clôture, a lancé un appel afin que soient mises en place des politiques hardies d’amélioration du cadre de vie au Bénin. Face à la faiblesse des ressources financières disponibles, il a souhaité la participation de tous à « l’œuvre d’assainissement di cadre de vie ».

 J-P.M