Spread the love
enfants-ecole
La scolarisation prématurée joue à la longue sur les enfants

L’inscription des enfants à l’école requiert un âge minimum de 7 ans.En l’absence d’acte de naissance, l’âge requis est vérifié par une stratégie qui consiste pour l’enfant à toucher l’oreille gauche avec la main droite par-dessus la tête. Cette façon de procéder dans l’ancien temps témoigne de la maturité psychologique et psychique de ces enfants pour affronter les différents modules contenus dans la formation. Mais aujourd’hui, le constat est autre.

« Selon moi, l’âge normal qu’un enfant doit avoir avant de commencer l’école est trois (3) ans. Je pense que lorsque l’enfant commence vite l’école, c’est très bon pour lui parce qu’il va pouvoir vite s’exprimer et comprendre le Français plus facilement ».Cette phrase vient d’un parent d’élève interrogé sur la scolarisation prématurée des enfants. Et comme il a répondu, on voit effectivement ces boud’chou, sac au dos, aller à l’école, certains, accompagnés des parents et d’autres, par des frères ou voisins. « L’âge normal d’un enfant qui veut commencer l’école doit être de sept (7) ans. Le fait d’envoyer les enfants, de façon prématurée à l’école, a de très grandes conséquences sur eux. Ils n’arrivent pas à assimiler les notions fondamentales devant leur permettre de bien s’en sortir en classe », constate un autre parent d’élève.

De nos jours, l’évolution de la planète, à travers la mondialisation et surtout le développement de la technologie a eu un impact sur la vie des Africains et tend à changer l’ordre normal des choses. Au niveau de l’éducation et surtout l’inscription des enfants à l’école, les parents sont de plus en plus portés à faire inscrire très tôt leurs enfants à l’école c’est-à dire entre l’âge de deux (2) et quatre (4) ans et, le comble, c’est que ces enfants sont directement envoyés au Ci.

D’une part, les parents envoient leurs enfants à l’école pour se libérer d’eux et se consacrer à leurs activités quotidiennes. Ce qui se traduit littéralement par : « quitte la maison et colle-moi la paix ». D’autre part, ce qui motive également les parents à agir ainsi, c’est qu’ils estiment que leurs sont des surdoués. Par exemple, certains parents disent : «Mon enfant a des réactions qui dépassent son âge. Déjà à deux ans, il dérangeait le répétiteur de sa sœur aînée et cherchait à étudier. En plus, il est très curieux et posait beaucoup de questions ». Belle performance, serait-on tenté de dire. Mais à y voir de près, cela ne serait que le résultat d’une inscription précoce ou d’un saut de classes avec comme conséquences des troubles d’apprentissage et plus tard des difficultés d’intégration sociale.

Cette pratique répond à un besoin de voir les enfants évoluer très jeunes et de vite se libérer de leurs charges. Les enfants soumis à ces pratiques pourraient présenter, à la longue, des troubles d’apprentissage et d’intégration sociale à l’âge adulte.Ainsi,l’on pourrait être séduit par l’entrée scolaire précoce et le saut de classes. Mais, en réalité, ces pratiques ne manquent pas d’avoir des conséquences sur le développement des enfants. Loin d’être une bonne mesure pour l’enfant, la scolarisation à deux ans aura des conséquences négatives dans les domaines éducatif et psychique. Il semblerait que, contrairement à ce à quoi l’on pourrait s’attendre, l’entrée précoce dans le cycle de scolarité favorise des retards dans les apprentissages de la lecture et de l’écriture. Car, il y a un âge propice pour apprendre à lire. En deçà de cet âge, l’enfant est incapable d’analyse afin de distinguer les lettres composant un mot. Il ne perçoit que les mots globalement et aura alors des difficultés pour apprendre à lire aisément.

Blaise D.T. Noutai

(Stag)

 

Ce qu’ils en pensent

 Au sein de l’opinion publique, les avis ne sont pas les mêmes. Certains soutiennent l’inscription prématurée tandis que d’autres pensent qu’il faut laisser l’enfant développer ses facultés avant d’aller à l’école.

Hounnouvi Joyce, assistante médicale.

 « Selon moi, l’âge normal qu’un enfant doit avoir avant de commencer l’école est trois (3) ans. Je pense que lorsque l’enfant commence vite l’école, c’est très bon pour lui,parce qu’il va pouvoir vite s’exprimer et vite comprendre le français. Les parents envoient rapidement les enfants à l’école parce qu’ils veulent que les enfants apprennent très vite à vivre en société. Il n’y a normalement pas de conséquences à envoyer les enfants rapidement à l’école parce que, lorsqu’ils vont vite commencer l’école, ils auront des amis avec qui ils vont pouvoir jouer, ce qui n’est pas forcement le cas à la maison. Parler avec uniquement les parents est très différent que de le faire avec des amis. Malgré tout, avant de commencer l’école, il faudrait que l’enfant puisse savoir parler et marcher. »

 Sognigbé Bernard, parent d’élève

 « L’âge normal d’un enfant qui veut commencer l’école doit être sept (7) ans. Le fait d’envoyer les enfants, de façon prématurée, à l’école a de très grandes conséquences sur eux. Ils n’arrivent pas à assimiler les notions fondamentalesdevant leur permettre de bien s’en sortir en classe. Il n’y a aucun avantage à envoyer prématurément les enfants à l’école car, si l’enfant n’arrive pas à comprendre ce qu’on lui enseigne, il ne pourra pas assimiler les différentes notions données par le maître ou la maîtresse. Avec le niveau d’évolution du monde et la mondialisation, on peut ramener l’âge minimum à cinq (5) ans. Les parents envoient très tôt les enfants à l’école parce qu’ils ne restent pas à la maison. Ils ne veulent pas s’occuper des enfants. Avant de commencer l’école, l’enfant devrait avoir le temps de bien s’amuser avec ses amis à la maison, développer son intelligence d’abord avant de pouvoir commencer l’école. S’il n’arrive pas à développer sa propre intelligence d’abord il ne pourra pas s’exprimer en classe, il sera timide. »

 Propos recueillis par Anthony Durand et Alexandre Tollo

(stag).