Spread the love

verNé le 16 novembre 1992, Elioth Koza est un artiste chanteur béninois natif de Sèhouè. Ayant pris goût à la musique depuis qu’il était sur les bancs, il a actuellement sept morceaux à son actif. Dans une interview, il parle de sa carrière musicale et des raisons qui l’ont poussé à démissionner du label « Self made men ».

 Le Matinal : Pourquoi avez-vous choisi le nom Elioth Koza ?

 Elioth Koza : Elioth est mon prénom. Koza est une composition des noms de famille de mes deux parents. C’est une manière de bénéficier de la protection demes géniteurs.

A quand remonte vos débuts dans la musique ?

 Mon premier contact a été fait avec la musique quand j’étais sur les bancs. En ce temps, je m’essayais aux interprétations. Cependant, c’est en première année d’université que j’ai véritablement pris l’élan et le pli. Du coup, j’ai lancé mon premier morceau officiel intitulé « Abiba ». C’est à partir de là que ma carrière a véritablement pris départ.

 Quel style musical pratiquez-vous ?

 Je fais du « R&b » en général, mais j’ajoute aussi ma touche personnelle.

 Quelle est la couche de la population que vous visez à travers votre musique ?

 Dans mes morceaux, je pense généralement à toutes les couches à savoir vieux, jeunes, hommes, femmes et enfants. Tout le monde peut savourer ma musique.  Particulièrement, ma première cible, c’est la couche féminine. Vous savez, si je vise plus les femmes, c’est parce qu’elles sont très précieuses comme les prunelles de nos yeux. Elles sont des âmes sensibles et très importantes.

 Déjà quatre années de musique, mais vous n’avez pas un album. Qu’est ce qui peut bien expliquer cela ?

 Si je lance un album actuellement, les populations ne vont pas trop l’adopter, car peu de personnes me connaissent.   Pour l’instant, je me perfectionne afin de me faire accepter par tout le monde. Quand j’aurai atteint mon objectif, je pourrai sortir un album qui va beaucoup circuler. L’album viendra avec le temps.

 Vous n’avez pas un album, mais vous disposez des morceaux. Quels sont les morceaux que vous avez déjà  lancés?

 J’ai déjà sept morceaux à mon actif. Il y a « Abiba » qui est sorti en 2014, « T femme », « Ma vie », « Ma musique », « Sans souci » (en collaboration avec Mr Blaaz), « I love you » et « C’est pour ça ».

 Parmi les sept, quel est le morceau qui vous a le plus marqué ?

 La chanson qui m’a le plus marqué dans toute ma carrière est « I love you ». Je ne m’y attendais vraiment pas. Selon moi, c’est le morceau que j’avais fait en collaboration avec Mr Blaaz que mes fans allaient adopter, mais ce n’est pas le cas. Jusqu’à présent, j’ai toujours des témoignages au sujet de ce morceau « mythique ».

 Dites-nous, pourquoi avez-vous choisi le titre « I love you » ?

 Pour être franc, quand j’ai commencé à écrire le morceau, le titre choisi n’était pas « I love you ». C’est après avoir fini que j’ai réfléchi sur ce qu’il faut prendre comme titre pour impacter les populations. Dans un premier temps, j’ai pensé à « Je t’aime », mais je me suis rendu compte, par la suite, que c’est une expression déjà trop utilisée.  J’ai alors décidé de traduire ça en anglais et c’est ce qui donne « I love you ».

 Vous avez un nouveau morceau qui fait sensation dans le monde du showbiz ; « C’est pour ça ». Qu’est-ce qu’on peut bien retrouver dans cette chanson de particulier ?

 « C’est pour ça » est en quelque sorte, la suite du morceau « I love you » dans lequel je désirais entreprendre une relation avec la fille, mais les parents s’y sont opposés parce que j’étais artiste. Dans la chanson « C’est pour ça », ils ont fini par accepter et je demande la fille en mariage.

 Est- ce à dire que vous êtes à quelques pas de votre mariage ?

 Oui, exactement.

 Pouvez-vous dévoiler à nos lecteurs, le nom de cette dame qui a pu voler votre cœur ?

 Rires… c’est une personne imaginaire. L’important est qu’à travers ce morceau, beaucoup de personnes vont se retrouver et beaucoup de couples seront officialisés.

Vous lancez bientôt votre premier album. Nous connaissons déjà certains titres. Quels sont les autres morceaux que nous pouvons retrouver sur cet album ?

 Sur mon prochain album, il y aura douze morceaux environ. En dehors des morceaux que vous connaissez déjà, il y aura aussi des collaborations  avec d’autres artistes béninois. Je tiens à vous informer d’ores et déjà qu’une collaboration sortira en février 2019.

 Il y a quelques temps, nous avons appris votre démission du label « Self made men ». Qu’est-ce qui explique cette décision, vu l’envergure de ce label tant au Bénin qu’à l’international ?

 Avec le label « Self made men », on s’était entendu pour un contrat de deux ans. En cours de chemin, ça n’a pas marché comme je l’ai voulu. J’ai donc décidé de partir et faire mon chemin seul. Il n’y a pas eu de problème principal entre nous. En définitive, j’ai juste choisi de voler de mes propres ailes.

 Après votre départ du label « Smm », quelles sont vos relations actuelles avec le leader de ce label ?

 Nos relations sont toujours au top et sont très bonnes. C’est mon aîné et je lui dois respect, peu importe ce qui s’est passé dans le temps.

 Une chose est de claquer la porte, mais l’autre chose est de penser à sa visibilité et à sa renommée. N’avez-vous pas trouvé dangereux de quitter un si grand label pour être à vos propres comptes bien que peu de gens vous connaissent ?

 Oui, j’y ai réfléchi. Se lancer tout seul comporte beaucoup de risques. Ta carrière peut s’éteindre à jamais. Vous savez, quand vous êtes dans ces labels,  tes fans sont en réalité celles du label.  Mais qui ne risque rien, n’a rien. Il faut beaucoup prier et croire en Dieu. Comme je le dis souvent, il faut aussi travailler.

 Pensez-vous que les choses marchent comme vous le voulez après votre départ ?

Oui, je suis actuellement très content de moi-même.

 Quelle a été votre destination après avoir quitté le label  « Smm » ?

 Pour l’instant, j’ai mon propre label qui est « Tubes afrique », mais je suis ouvert à toute signature qui est sérieuse et qui pourra me permettre d’évoluer encore davantage.

 Elioth est marié ?

 Non, je ne suis pas marié. Je suis célibataire sans enfant.

 Comment arrivez-vous à gérer les avances de vos fans?

 Dès mon début, je me suis donné une règle. Je ne touche pas à mes fans. Quand tu touches tes fans, tu ne fais pas du sérieux avec elles. Quand elles partiront, non seulement tu perds une femme, mais aussi un fan. Sous le coup, elle va te dénigrer chez ses proches et, de ce fait, tu perds la popularité. Tu n’en avais pas beaucoup et tu en perds encore, cela ne t’avantage pas.

 Quels sont vos projets actuellement ?

 Je pense actuellement à la sortie de la vidéo du morceau « C’est pour ça » et la promotion du morceau.

 Votre mot de fin

 Je remercie tous ceux qui me soutiennent et m’ont toujours soutenu. Que Dieu vous bénisse.

 Propos recueillis par Mohamed Yasser Amoussa (Stag)