Spread the love
Emmanuel Tiando, Président de la Céna
Emmanuel Tiando, Président de la Céna

« Nous n’avons pas violé le code électoral ». C’est en ces mots que le président de la Céna a apporté son démenti suite aux irrégularités relevées par Michel Adjaka, Président de l’union des magistrats du Bénin(Unamab).

C’est au lendemain de la publication des listes des coordonnateurs que sont intervenues lesdites irrégularités relevées par le président de l’Unamab. Pour Emmanuel Tiando, il s’agit d’« un abus de langage ». Car explique-t-il, le recrutement des coordonnateurs se fait par appel à candidature. Et la Céna a voulu respecter l’article 28 du code électoral qui précise que les magistrats, les greffiers les avocats et les administrateurs sont prioritaires, et que c’est sur cette base que le recrutement a été fait. De même pour répondre à l’accusation selon laquelle les magistrats seraient sortis de leur juridiction, Emmanuel Tiando confie que « les dispositions de l’article 28 n’ont jamais dit qu’il faut maintenir les magistrats dans leur juridiction » il ajoute « nous sommes entrain d’organiser les élections dans un esprit de transparence ici à la Céna. Nous débattons, nous ne faisons pas du mimétisme. Ce n’est pas la pensée unique ici. Et donc au cours de nos plénières les débats que nous menons peuvent faire croire qu’il y a crise mais il y en a pas… nous sommes une Céna ferme et c’est normale que nous menions des débats ». S’agissant de la rumeur selon laquelle, la vice –présidente et le coordonateur au budget de la Céna auraient déposé leur démission, suite à une crise au sein de l’institution, Emmanuel Tiando répond : « rassurez-vous, je n’ai pas entendu quelqu’un venir ici me dire ¨je veux démissionner¨ ».

                                                                                                 Aldo Gaspard Ba