Spread the love

poissons-morts-riviereL’émission l’hebdo de Océan Fm a reçu ce vendredi 25 mai 2018 deux invités. Il s’agit de Cyril Aholoukpè, cadre au ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche et Théophane Ayhi, vice-président de l’Union des Producteurs Aquacoles du Bénin. Ils ont opiné sur l’empoisonnement de milliers de poissons du lac Toho.

Le 05 juin c’est la date à laquelle le laboratoire prévoit produire son rapport sur les prélèvements effectués au niveau du lac Toho pour situer l’opinion sur les causes de ce que le chargé du suivi biologique et écologique des écosystèmes aquatiques a qualifié d’incident. Un des invités  de l’Hebdo de Océan FM de ce vendredi, ce cadre du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche a laissé entendre que ce délai qui paraît long (pour les auditeurs) a été retenu  compte tenu de la liste des examens demandés. Le lac Toho n’a pas été empoisonné, assure Cyril Aholoukpè puisque, dit-il,  il y a toujours vie dans cet espace aquatique. « Les pêches expérimentales ont démontré que plusieurs autres espèces vivent toujours dans le lac», a indiqué l’invité  de Rachida Houssou et Rèliou Koubakin. Concernant les inquiétudes de l’opinion publique sur la consommation du poisson, Cyril Aholoukpè est formel: « la population peut consommer du poisson sans aucune crainte ».  L’ingénieur  estime que la situation a été dramatisée par « l’effet whatsapp ». Depuis « l’incident », des mesures conservatoires ont été prises pour mettre le reste des ressources halieutiques du lac Toho à l’abri. « Et l’étendue du polluant  étant maitrisée, les perspectives sont rassurantes pour un retour à la normale, dans un délai relativement court ». Il précise que des suggestions sont entrain d’être faites à l’autorité de tutelle pour assister le promoteur Olivier Zaga dont la production a été détruite. Une annonce qui a réjoui le second invité de ce vendredi, Théophane Ayhi, vice-président de l’Union des Producteurs Aquacoles du Bénin. Le pisciculteur a  apprécié la « prompte réaction » de l’exécutif depuis le début de la situation. La psychose suscitée par le lac Toho a entrainé l’annulation de plusieurs commandes de poissons au niveau des aquaculteurs, ont déploré les deux invités. Théophane Ayhi a saisi l’occasion pour exhorter le gouvernement à accorder des subventions à ce secteur pourvoyeur d’emplois. Avant les résultats du 05 juin, les premières analyses ont permis de détecter de l’oxytétracycline dans la chair des poissons prélevés. C’est un antibiotique qui aurait peut-être été utilisé par monsieur Zaga pour anticiper sur une affection. Mais l’usage de « l’oxytétracycline » n’entre pas en ligne de compte des analyses que nous allons faire pour détecter la cause des mortalités des poissons, explique l’émissaire du ministère de tutelle qui a été renchéri par Théophane Ayhi.  Ce dernier ajoute que cet antibiotique aurait certainement été utilisé à titre préventif.  Les premières mortalités dans le lac (en amont) ont été constatées depuis le jeudi matin, fait savoir Cyril Aholoukpè. Cependant, pour lui, il n’y a pas de lien entre l’usage de l’oxytétracycline et l’effet de mortalité dans l’écosystème.

Source : Océan Fm