Spread the love

Emprunt2Le « Bénin révélé », ambitieux programme d’actions du gouvernement, a de beaux jours devant lui. Pour sa concrétisation, le chef de l’Etat continue de mobiliser les ressources. Le lancement, lundi 23 avril 2018, d’un emprunt obligataire dénommé Tpbj 6,50% 2018-2025 en est la preuve. L’objectif visé est de financer plusieurs projets dans quatre secteurs prioritaires.

Méthodiquement, le président Patrice Talon entend réaliser tous les projets inscrits dans son programme d’actions. Avec le lancement sur le marché financier de l’Uemoa (Brvm) d’un emprunt obligataire dénommé Tpbj 6,50% 2018-2025, il exprime une fois encore sa détermination à se donner les moyens de ses ambitions pour le Bénin. Cette opération qui va permettre de mobiliser soixante (60) milliards de FCfa apportera un nouveau souffle à quatre secteurs stratégiques à haut potentiel et jusque-là sous-exploités. Primo, l’agriculture. En effet, le gouvernement entend faire du secteur agricole le principal levier de développement économique, de création de richesses et d’emplois.Les fonds qui seront mobilisés à travers cet emprunt obligataire pourront, par exemple, servir à promouvoir le développement des filières à haute valeur ajoutée : ananas, anacarde, maïs, manioc et riz. De même, un accent particulier sera mis sur les instruments et les mesures favorisant l’investissement privé dans le secteur agricole et rural. Secundo, le tourisme. Ce choix est bien pertinent, car le gouvernement du Nouveau départ, à son arrivée, a fait le constat selon lequel la contribution du tourisme au Pib est de 0,7%. Ce qui apparaît bien modeste. Et donc, ces fonds dont le remboursement du capital sera semestriel, par séries égales (amortissement constant), après les trois années de différé, conformément au tableau d’amortissement indicatif de l’emprunt, vont aider le régime en place à faire du Bénin l’un des pays africains disposant d’un potentiel touristique exceptionnel. Tertio, les Transports. C’est un secret de polichinelle que le Bénin, grâce à sa position géographique, constitue un couloir naturel qui relie certains pays de l’Afrique de l’Ouest. Pour exploiter cet atout stratégique, le développement des infrastructures et des transports est indispensable pour soutenir la croissance économique et faciliter les exportations. Ainsi donc, en recourant pour la cinquième fois depuis 2006, au marché financier de l’Uemoa, l’Etat béninois compte mettre un accent particulier sur l’amélioration des infrastructures de transport, de logistique et de commerce, à travers notamment leur modernisation et leur extension. La réhabilitation, la modernisation et l’extension du réseau routier national sur environ 1 362 km s’avère nécessaire pour sortir le pays de son état actuel. Quarto, le cadre de vie. Ayant déjà lancé plusieurs chantiers pour améliorer les conditions de vie des Béninois et rendre plus attractives les villes du Bénin, le président Patrice Talon ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. C’est d’ailleurs pourquoi des projets inscrits au volet Cadre de vie seront financés par les fonds à mobiliser.

 Les raisons de l’opération

 D’après les prévisions de la loi de finances pour la gestion 2018, d’un montant total de 1 862,918 milliards de FCfa, il se dégage un besoin de financement d’environ 727,3 milliards de FCfa. Celui-ci sera couvert d’une part, par des tirages sur prêts, projets et programmes pour une somme de 199,6 milliards de FCfa ; et d’autre part, à travers l’émission de titres publics sur les marchés monétaire et financier régional à savoir les Bons de Trésor et les Obligations. Cela, pour une somme globale de 420,8 milliards de FCfa en vertu de la loi de finances autorisant le ministre de l’Economie et des fFinances à procéder, dans les conditions fixées par décret, à des Emprunts à court, moyen et long termes. C’est dans ce contexte et en respect du programme des émissions définies au titre de l’exercice 2018, que l’Etat béninois s’est proposé de recourir au marché financier régional de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) pour l’émission d’un emprunt obligataire par appel public à l’épargne, afin de mobiliser des fonds, après les éditions de 2000, 2006, 2011 et 2017 réalisées avec succès.Pour l’arrangement et la structuration de cette émission, la Société de gestion et d’intermédiation du Bénin (Sgi-Benin) a été retenue en qualité de Chef de file de l’opération, dans le cadre d’une consultation restreinte. Quatre Co-Chefs de file : Bibe finance securities (Bfs), Sgi-Togo, Société burkinabé d’intermédiation financière (Sbif) et Hudson & cie ; ainsi qu’un syndicat de placement l’accompagne dans cette opération.

A T.