Spread the love

QUATRE GENDARMESLa Gendarmerie béninoise a subi un coup dur dans un accident de circulation qui s’est produit, mardi 30 août 2016, à Gogoro dans l’arrondissement de Kaboua, Commune de Savè. Quatre de ses hommes ont perdu la vie dans ce drame.

Alors qu’ils étaient en mission officielle, quatre éléments de la Gendarmerie nationale à savoir Lopez Gandji, Aimé Sogla, Maxime Kounou et Calixte Abou ont péri dans un accident de circulation qui s’est produit mardi à Gogoro, Commune de Savè. Trois autres, conduits à l’hôpital sont dans un état critique. Le véhicule qui les transportait est complètement endommagé. En effet, de source policière, le véhicule de la Gendarmerie nationale du Bénin à bord duquel se trouvaient sept gendarmes, assurait l’escorte de l’uranium du Niger depuis Malanville pour le port de Cotonou quand, arrivé à Gorogo, il entre   en collision avec un véhicule poids lourd. Ce dernier allait en direction de Parakou. Selon quelques témoins du drame, le conducteur du camion effectuait un dépasse

accident-savè
Le véhicule de la Gendarmerie entièrement endommagé

ment lorsqu’il s’est retrouvé nez à nez avec le véhicule de la Gendarmerie. Dans l’impossibilité de freiner, les deux conducteurs qui roulaient à vive allure, n’ont pu céder l’un à l’autre le passage. Et c’est ainsi que  le choc frontal s’est produit. Le camion poids lourd est monté sur le véhicule de la Gendarmerie. Le bilan est effroyable. Sur le champ, quatre disciples de Ste Geneviève sont passés de vie à trépas. Les trois autres occupants grièvement blessés ont été conduits d’urgence à l’hôpital de zone de Savè où ils sont en soins intensifs. A en croire le corps médical qui s’occupe de leur prise en charge, ils seront évacués au Centre national hospitalier et universitaire Hubert Koutoukou Maga à Cotonou pour des soins plus adéquats. La hiérarchie de la Gendarmerie nationale s’affaire pour qu’ils soient effectivement transférés vers Cotonou.  Du côté du camion, aucune perte en vie humaine n’est à déplorer. Le conducteur était à bord avec deux apprentis. Tous s’en sont sortis indemnes. Comme en de pareille circonstance, le constat d’usage a été fait pour permettre à l’instance chargée de gérer les contentieux routiers de situer les responsabilités.

Zéphirin Toasségnitché
(Br Zou-Collines)