Spread the love
talon-presiSi proche de la Marina, le candidat Patrice Talon  n’attend que le coup de pouce de son destin pour briguer le fauteuil de Yayi.  L’icône du Nouveau départ a déjà un pied  dans les lambris du Palais et devrait prendre la clé des lieux  le 06 avril prochain.  Sur les vagues victorieuses  du peuple, Talon, l’homme de la situation, bénéficie d’atouts inoxydables.
Le vrai candidat de la rupture.
Talon  symbolise l’anti-Yayisme  viscéral. C’est le vrai  chef de l’opposition.  La télécommande de Paris avait, à elle seule,  permis  aux opposants de contrôler le bureau de l’Assemblée nationale, 7ème législature. Me Adrien Houngbédji doit à Patrice Talon son retour au perchoir.  L’ingratitude  du président  du Prd  n’a pu  freiner  le flux intime du présidentiable Talon, propulsé au second  tour par le peuple reconnaissant et déterminé à stopper  les prédateurs  de l’éthique et de la morale.
Un  fin stratège
Talon est un candidat structuré qui avance sur le boulevard de la Marina. La méthode reste le pilier de ses actions. Et il prend de vitesse tous ses adversaires. Lâché par la majorité des acteurs politiques, il  s’offre le levier pour se lancer  et se hisser au second  tour.  Talon le compétiteur né a le secret de la victoire. Avec le sens de l’anticipation  et  le don de projections adéquates, il s’adapte à toutes les situations et gouverne sa propre vie. En mettant la rationalité  au service de  ses  objectifs, Talon  évolue en courbe intelligente.
L’homme  du peuple
Talon a reçu l’ordre du peuple pour punir l’Alliance Républicaine et son  candidat  Lionel Zinsou. Sans  le soutien des grands partis et alliances de  partis,  le candidat  du Nouveau départ  accède  au second  tour et talonne Zinsou  le poulain de Yayi,  en mettant à genou  Houngbédji et Léhady. Dans une dynamique mécanique presque divine,  Talon  arrache à la Rb tous ses fiefs au point d’humilier Houngbédji  et sa troupe asservis au franco-béninois. Cotonou, la ville phare du pays bastion de la Rb et le Zou la citadelle  sont tombés dans  le giron du candidat  du Nouveau départ. Sur toute l’étendue  du territoire national,  Talon déroule  sa puissance.
La principale victime  du pouvoir cauri et de son chef Yayi
Le bourreau  Yayi  devrait affronter une ultime fois sa victime Talon.  Zinsou a la lourde charge de relever l’impossible défi et donc de relever la tête là où son mentor a subi l’affront. Il s’agit pour le Franco-béninois, neveu métissé de l’ancien président Emile Derlin Zinsou  de  s’exposer à la foudre de la popularité de Talon.  La victime a l’opportunité  de prendre la place du bourreau et de mettre le pays  sur les rails de la réconciliation nationale. Talon, l’homme de paix, chouchou du  peuple, a naturellement  le soutien populaire et devrait enfin  gouverner, au nom de la démocratie.
  Un projet de société impressionnant
Réaliste et ambitieux, le programme  du Nouveau départ répond  aux aspirations  du  peuple. Ce projet est  l’expression même de la vraie rupture. Après 10 années de navigation à vue, d’improvisation de gouvernance au gré des humeurs  du chef, le pays a besoin  d’un changement de cap.  Le projet de Talon  est du pain béni  pour la nation.   Talon se révèle l’homme des réformes. Son projet  sert de terreau  à la culture  des valeurs. Au second  tour, face  au candidat  du régime cauri, Talon ne devrait pas trembler.
Une image d’homme d’Etat
La politique de séduction  de Talon  s’appuie sur  un style singulier. Ldiriger un Etat,  que Talon   gravit les marches de la présidence de la République. Contrairement à Yayi trop enclin à utiliser les fibres de la division, Talon  marquera la rupture  pour ouvrir  l’ère  des grands chantiers  de l’unité nationale.
La marche de Talon vers la Marina est irréversible. Rien ne peut arrêter le mouvement du Nouveau départ. Le 6 avril prochain, l’homme de la rupture devrait prendre le pouvoir et fermer la page des errances  d’un régime de prédateurs.

Abdourhamane Touré