Spread the love
Bintou-Chabi-Taro
Binto Chabi Adam Taro a présenté les mesures sociales du gouvernement

La Ministre des affaires sociales et de la Micro Finance était dans les départements de l’Atacora et de la Donga du jeudi 8 au dimanche 11 mars 2018. Elle y était pour assister des enfants en situation difficile et constater l’état dans lequel fonctionnent les centres de promotion sociale (Cps) et autres structures relevant de son département ministériel. A cette occasion, elle a exposé les mesures sociales en cours de mise en œuvre par le Gouvernement. 

« Le Président Patrice Talon travaille nuit et jour pour l’amélioration des conditions de vie des populations. En plus de ce qui se fait déjà, vous allez commencer par bénéficier, bientôt, d’un ensemble de produits conçus rien que pour le social ». Ce discours du Ministre Bintou Chabi Adam Taro, chargée des affaires sociales et de la Microfinance, a été tenu le vendredi soir devant les populations venue à sa rencontre lors de sa visite au Centre de promotion sociale de Ouaké. En réponse aux préoccupations et inquiétudes des femmes venues spontanément lui parler, la Ministre a indiqué que le « Président Talon ne dort pas. Il se préoccupe des conditions de vie de tout un chacun et se bat pour réduire les peines des populations ». Bintou Taro fera remarquer que les investissements qui se font pour l’indépendance en énergie électrique, en eau potable, en réalisations d’infrastructures routières et dans la promotion des produits agricoles relèvent aussi du social. « Ce n’est pas seulement quand on vient vous distribuer de l’argent gratuitement qu’on fait du social », a-t-elle expliqué avant d’ajouter que « les Micro crédits aux plus pauvres reviennent en puissance, avec des conditions plus sécurisées qui permettent d’atteindre plus de monde avec efficacité ». A Tanguiéta, la même assurance a été donnée aux femmes. « Les microcrédits n’ont pas été suspendus. Ne vous laissez pas distraire. La preuve, dans ma délégation, il y a une représentante du Fonds national de la Micro Finance », a-t-elle dit. Seulement, a précisé la Ministre, il y a une condition pour mieux bénéficier des différentes mesures sociales en cours de mise en œuvre par le Gouvernement du président Patrice Talon : c’est le Ravip. Cet outil initié par le Gouvernement sera utile pour plusieurs raisons. Le Ravip permettra, entre autres, d’éviter d’attribuer de micro crédits plusieurs fois à une même personne et dans plusieurs localités. Il en sera de même pour l’assurance maladie et les autres produits contenus dans l’Arch. A cet effet, Bintou Taro a invité, à chaque étape, les élus locaux, les chefs des Cps et autres à sensibiliser les populations sur cet outil important.

 Les Cps ont besoin davantage de moyens   

 Que ce soit à Tanguiéta, Toucountouna, Natitingou, Copargo, Djougou, Ouaké et Bassila, les problèmes évoqués par les responsables des centres de promotion sociale sont presque identiques. Ils souhaitent que le Gouvernement renforce le personnel qualifié, les renforce en outils de travail, réhabilite leurs locaux et les aide à se raccorder à l’eau et à l’électricité. Les responsables des Cps ont aussi posé le problème de retard dans la mise en place des fonds pour la mise en œuvre des plans de travail annuel (Pta). Pour eux, si ces fonds pouvaient venir un peu plus tôt, ils seraient mieux soulagés.

A Toucountouna, spécifiquement, le Maire et le Cps se sont réjouis de l’arrivée du Ministre Bintou Taro dans leur commune. « Madame le Ministre !Je suis ému, parce que vous êtes, depuis que le régime actuel est au pouvoir, le seul Ministre à mettre pied ici », a dit le Maire, Sébastien Apaatcha. Le Cps, Lazare Dagba, pour sa part, précisera qu’aucun Ministre de la République n’a jamais visité ce centre depuis sa création. Pour cela donc, ils ont prié la Ministre Bintou Taro à faire en sorte que ce centre soit l’un de ceux qui remplissent les conditions nécessaires pour mieux satisfaire aux besoins des populations.

A Djougou, c’est un vieux bâtiment de 1985 qui abrite le Cps. Il a été réhabilité, il y a une dizaine d’années, selon le responsable. Il dessert 12 arrondissements avec ses 2 contrôleurs et un infirmier. A Natitingou, les bâtiments coulent, selon le chef Cps et le pack informatique fait défaut, ajouté au manque de moyens roulants. Le représentant du chef Cps de Ouaké a insisté sur la nécessité de clôturer le centre car, les propriétaires commencent déjà par rogner le domaine qu’ils avaient, eux-mêmes donné, gratuitement. A Bassila aussi, ce n’est pas la joie, car même pour aller  aux toilettes, c’est un casse-tête.Le centre n’en dispose pas. Il a souhaité qu’on l’appuie aussi en personnel qualifié.

La ministre Bintou Taro, face à ces constats, dira qu’elle n’en est pas surprise. « J’avais déjà tous ces rapports sur papier. Mais il me fallait venir, constater moi-même. Je voudrais vous rassurer de ce que nous ne vous avons pas oubliés. Le Président de la République attache du prix aux mesures sociales contenues dans le Pag », a-t-elle indiqué. Pour cela, a-t-elle insisté, les problèmes posés seront progressivement résolus. « Mais, je vous invite à faire bon usage du peu que vous avez à votre disposition aujourd’hui », a souhaité la ministre à chaque étape. Pour elle, il n’est pas question de prétexter d’un quelconque dysfonctionnement pour ne pas bien utiliser les moyens de l’Etat ou mal accomplir sa mission. Elle a promis d’y veiller.

 FF