Spread the love

barvure-militaireAprès la bavure militaire du 21 mai dernier à Akpakpa où un conducteur de taxi-moto perd la vie, c’est le tour ce samedi 27 juin d’un transporteur de mourir à cause d’un gendarme qui a eu la gâchette facile. La scène s’est déroulé à N’Dali.

Impossible de circuler dans la matinée de ce samedi à N’Dali, l’une des communes du département du Borgou. La population de cette localité s’est soulevée en bloquant le tronçon N’Dali-Bembèrèkè induisant du coup un embouteillage sur plusieurs kilomètres de Malanville à Cotonou et vice-versa. Une bavure d’un gendarme serait à l’origine de ce comportement. D’après les recoupements, le gendarme en poste dans l’arrondissement de Ina, un village de N’Dali aurait tiré à bout portant sur un transporteur en partance du Niger pour Cotonou. Il s’agit d’un poste mixte de contrôle de véhicule constitué de plusieurs catégories de forces de l’ordre. La victime aurait reçu plusieurs balles. A en croire certains témoignages, l’incident est survenu à cause de la résistance du transporteur qui s’est opposé à remettre la somme de mille francs cfa au gendarme. Les pourparlers sont actuellement en cours en vue de décrisper la vive tension dont font preuve les transporteurs et la population riveraine. Les bavures des hommes en uniformes sont de plus en plus récurrentes dans la société béninoise. Espérons que celle-ci ne restera pas un crime commis de plus puisque les sanctions font visiblement défaut. La dernière bavure militaire remonte à un peu plus d’un mois plus précisément le 21 mai dernier. Il s’agit d’un conducteur de taxi-moto communément appelé ‘’Zém’’qui est passé de vie à trépas après avoir été criblé de cinq balles dans le dos par un militaire en faction à Ecobank non loin de l’Eglise Sacré-Cœur à Akpakpa.

Marcus Koudjènoumè