Spread the love
houssou2
L’avenir radieux du secteur énergétique explique le sourire de Jean-Claude Houssou

Le Gouvernement du chef de l’Etat, Patrice Talon,  est visiblement engagé à définiti-vement tourner la page des coupures intempestives. Il s’est engagé à amorcer une autonomisation énergétique. C’est ce qu’il faut retenir du passage du ministre de l’Energie, Jean Claude Houssou, sur la télévision nationale hier lundi 16 avril 2018  dans le cadre du bilan des actions menées par l’Exécutif. 

Aucun développement ne serait possible sans la disponibilité à plein temps de l’énergie électrique. C’est fort de cette réalité que le gouvernement du président Patrice Talon s’investit depuis son accession au pouvoir à juguler le problème du délestage et à sortir le Bénin du noir. A l’avènement du Nouveau départ, le secteur de l’énergie au Bénin se trouvait dans un état comateux, du fait de la gestion sans boussole dont a fait preuve le régime précédent. Faut-il le rappeler, l’état des lieux au soir du 06 avril 2016 faisait état d’un délestage permanent causant ainsi une absence qua-si-totale  de l’eau potable. Au niveau des guichets de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) existaient d’importantes files. Les groupes des centrales étaient inopérantes depuis des années pour défaut d’approvisionnement en carburant pouvant les alimenter. Le secteur énergétique était dans un état de délabrement complet accompagné d’un échec patent avec à la clé de nombreux cas de mauvaise gestion.  Face à ce constat désolant qui plombe les actions de développement du Bénin, le président de la République, Patrice Talon  a dû prendre le taureau par les cornes. Des mesures urgentes ont été prises pour pallier ce désastre.

 Des exploits réalisés par le gouvernement

 Au Bénin aujourd’hui, l’énergie est disponible en qualité et en quantité. Le pays ne court plus après l’offre. Cela n’est que le résultat des importants investissements qui se font dans le secteur de l’énergie. Pendant son quinquennat, le gouvernement a prévu de dépenser 761 milliards de francs Cfa pour insuffler le secteur de l’énergie. Mais en urgence, non seulement 150 mégawatts ont été déjà mobilisés en moins de 6 mois, mais aussi 30 mégawatts  seront bientôt disponibles pour un coût d’environ 10 milliards de FCfa. Par ailleurs, le site de Maria-Gléta, anciennement une brousse, est complètement transformé en quelques semaines. Fruit d’un travail énorme et d’une mobilisation sans égal.  Des accords ont été établis avec de nouveaux fournisseurs étrangers en dehors de la Ceb depuis courant juin 2016 dont le groupe Paras Energy en février 2017. Ainsi, le  Bénin a gagné 4 à 5 places en matière d’énergie dans le classement Doing Business.  Face à tous ces progrès en un temps record, il faut saluer le chef de l’Etat, Patrice Talon qui a su  régler le conjoncturel pour mieux se pencher sur le structurel. Il est vrai que des coupures temporaires et très rares persistent toujours, mais elles ne sont pas du délestage. Elles sont liées aux travaux d’entretien qui sont effectués de temps en temps sur les groupes et centrales  qui fournissent l’énergie électrique.  En deux ans, le  gouvernement du Nouveau départ a fait ce que personne n’a jamais fait au Bénin en matière de fourniture d’énergie. Le champ de ruines dont il a hérité commence à verdir.

AT

La Sbee en restructuration 

Lors de son passage sur l’émission « Le Bénin en chantier », Jean-Claude Donan Houssou, ministre de l’Energie, a fait part des réformes opérées au niveau de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee). La société est en restructuration pour affronter les défis de la modernité.

La Société béninoise d’énergie électrique est aujourd’hui en pleine restructu-ration. En effet, la Sbee a pour objectif aujourd’hui de mieux servir les clients et faire en sorte que l’énergie soit disponible en tout temps, en quantité, en qualité et à moindre coût. Le souci permanent du gouvernement est de faire de la Société une société championne où l’efficacité technique et financière règne. La restructuration repose sur un contrat-plan qui sera un engagement réciproque entre l’Etat et la Sbee. A en croire Jean-Claude Donan Houssou, ministre de l’Energie, ce contrat-plan est soutenu par des indicateurs clairs. Un opérateur avec des références internationales sera recruté par un appel d’offres international afin de prendre en main la gestion de cette entreprise d’Etat sur une durée de 3 à 4 ans. « Ce n’est nullement une privatisation, car la délégation a une durée précise. Il y aura des indicateurs de performance sur la base desquels l’opérateur sera rémunéré», a-t-il martelé. Toujours dans le cadre des réformes, le code bénino-togolais de l’énergie a connu une évolution ; ce qui permet désormais aux producteurs privés d’énergie de s’installer au Bénin. Cela permet d’avoir une diversité en matière de fourniture d’énergie. Lors de cet entretien, le ministre de l’énergie a rappelé aussi l’adhésion du Bénin à l’Alliance solaire internationale. Cette adhésion permettra au Bénin de bénéficier de projets, de transferts de technologies et de compétences. Tout cela engendrera l’installation de producteurs indépendants et donc des contrats d’achat d’énergie négociés. Cela permettra à la Sbee d’avoir des opportunités à moindre coût.

 Le client au cœur des réformes

 Pour la fourniture de l’électricité à moindre coût, il faut réunir autour d’une table, les parties prenantes afin de voir si le prix pratiqué aujourd’hui correspond au prix de revient. En tout cas, le souci permanent du chef de l’Etat Patrice Talon reste et demeure la disponibilité de l’énergie en quantité, en qualité et à moindre coût afin de supprimer les toiles d’araignée et de créer de nouveaux réseaux. A l’avis de Jean-Claude Donan Houssou, le taux d’accès à l’énergie qui est de 55% en milieu urbain et 7% en milieu rural devra être amélioré. « Ce taux devra être amélioré significativement afin que l’énergie ne soit plus un luxe mais une nécessité pour tous », a-t-il conclu.

 Armel Nelson Avadémey