Spread the love
tonato
Didier Tonato a passé en revue les grands chantiers en cours d’exécution

Au cours de son intervention dans le cadre du bilan de l’an 2 du gouvernement Talon, le ministre Didier Tonato a peint en rose les actions du régime. Afin d’offrir aux populations un cadre de vie agréable et attrayant, plusieurs chantiers sont en cours d’exécution.

Le ministre du Cadre de vie et du développement durable, Didier Tonato, sur l’Ortb hier, a fait le point des logements sociaux construits. Selon lui, le gouvernement du Nouveau départ a hérité, à sa prise de pouvoir en avril 2016, de 5.000 logements sociaux réalisés par les différents régimes qui se sont succédé de 1960 à 2016. Alors, le gouvernement Talon s’est donné pour défis de relever et de révolutionner le secteur des logements sociaux avec pour exigences d’identifier les sites qui abriteront ces logements, les sécuriser et les déclarer d’utilité publique. A cet effet, il est prévu la construction de 8.000 logements à Ouèdo, 500 à Parakou avec le concours financier de la Boad à hauteur de 25 milliards de Fcfa et de la Bid à hauteur de 41,5 milliards de Fcfa. La Polytechnologie, un groupe chinois, prend en charge 500 logements. Selon lui, le montage financier de ce projet séduit toute l’Afrique. Il sera conduit par une société immobilière et d’aménagement urbain avec comme actionnaires l’Etat béninois, des banques, des compagnies d’assurance et la Boad. En expliquant le processus d’acquisition du logement, le ministre Didier Tonato a fait remarquer que, l’acquéreur final entre en possession de son logement sans payer d’apport initial. Il paie un loyer mensuel comme tout le monde, garanti par une institution bancaire à 0,5%. Pour ce faire, des appels d’offres sur la tranche Boad seront lancés début mai 2018. Alors que le programme attire tout le monde, le gouvernement veut éviter le saupoudrage et recherche des sites adéquats. Pour éviter les éléphants blancs, il sera mis en place un cadre institutionnel pour accueillir les promoteurs privés qui s’inscrivent dans la dynamique proposée par le gouvernement. Le lancement des travaux est prévu pour juillet 2018. Marque du président Talon, le cycle du projet est long. Chaque étape sera méthodiquement validée pour éviter des écueils d’un passé récent.

 Gestion des déchets, l’autre action phare

 Concernant la gestion des déchets, toutes les études ont été bouclées. Des négociations de financement sont en cours. Un deuxième appel d’offres a été lancé parce que les premières offres ne sont pas satisfaisantes. Ce programme est décliné en trois composantes. Pour la première, il s’agira du ramassage, porte à porte, pour les points de regroupement. La deuxième composante est constituée des points de regroupement et la troisième concerne le centre de transfert. Comme lieux d’enfouissement sanitaire, ce sont les sites de Ouèssè et de Takon qui sont retenus. Premier pays de l’Afrique de l’Ouest à se doter de cette taille de technologie, le Bénin dispose également d’une unité de tri et de valorisation entre la collecte et l’enfouissement. Le projet va démarrer dans le dernier trimestre 2018.

Au sujet des sachets plastiques, une loi a été votée le 03 novembre 2017 et a été promulguée le 27 décembre 2017. Elle entrera en vigueur le 27 juin 2018. A cet effet, une campagne de sensibilisation des populations a été initiée. Un dispositif a été même mis en place pour le contrôle du cordon douanier.

 Asphaltage

 Pour ce qui concerne le projet de réhabilitation et d’extension de la voirie et d’assainissement, neuf (09) villes ont été ciblées pour la première phase. Elle sera réalisée sur 200 km avec un coût de 310 milliards de francs Cfa. Pour le compte de ce chantier, il est prévu l’aménagement de façade à façade, chaussée, trottoir aménagés, espaces verts, des accotements, des mobiliers urbains : des poubelles, des banquettes et des plots de sécurisation. S’agissant du volet voirie assainissement, les appels d’offres ont été déjà lancés. Dans ses explications, le ministre a justifié le retard observé dans la réalisation de ce projet par l’étude des déviations pour amoindrir les désagréments. Ce n’est pas une question de manque de financement, a-t-il déclaré. Le projet rencontre du succès, puisqu’il offre une meilleure façon de gestion urbaine et un développement des services urbains, le transport en public. Les lots supplémentaires d’espaces verts, l’éclairage public solaire de dernière génération avec des plaques auto-lavables, des batteries qui supportent notre milieu tropical avec une durée de vie minimale de 10 ans seront lancés le mois prochain.

Entre autres programmes pour donner un nouvel aspect à la ville, le gouvernement a prévu la modernisation des marchés urbains, régionaux, de détails et de gros.L’activité commerciale marchande est le cœur de notre ville. Tout le monde connaît le rôle fondamental que joue le marché Dantokpa dans notre économie, dans Cotonou, dans la région méridionale de notre pays et dans la sous-région. Mais installé au cœur de la capitale économique, le marché Dantokpa crée plus de problèmes que de solutions. Alors, le gouvernement a décidé de délocaliser le marché de gros à Calavi, véritable plate-forme agro-alimentaire sous-régional comme le marché de Rungis en France qui dessert toute l’Europe. Ce marché est proche de la zone aéroportuaire et des infrastructures qui se mettent en place sur le plateau de Calavi. Un certain nombre de marchés urbains à savoir les commerces de détails et de proximité seront rénovés et maintenus à Cotonou et une trentaine de marchés secondaires dans le rayon de 1,5km de Dantokpa. Concernant le commerce de tissus, cosmétiques, bijoux, il sera installé sur l’esplanade de Kouhounou avec la mise à disposition de 1000 boutiques. 20 des 35 marchés seront lancés et livrés fin 2019. Ces marchés seront dotés d’un système qui sera évalué. Il sera ensuite construit des marchés régionaux comme Ouègbo, Glazoué, Azovè, Djougou. Des zones de stockage seront aménagées, deux batteries de toilettes pour la propreté, parking, garderie. Les travaux de construction de certains marchés seront lancés le 1erjuillet et le 1erseptembre. Les avantages liés à ce programme sont entre autres de permettre à la Berge de respirer, de ne plus polluer nos plans d’eau, le déploiement des activités le long de la voie lagunaire.

O. I. A.