Spread the love

Anselme Parfait BidiLa proportion que prend l’érosion côtière inquiète de plus en plus les populations de Grand-Popo. Au détour d’un entretien, le président d’honneur de « Jeunesse engagée pour le développement », Anselme Parfait Bidi, attire l’attention des pouvoirs publics sur la gravité de la situation.

Le Matinal : L’érosion côtière inquiète de plus en plus. Que faites-vous pour freiner l’élan du phénomène ?

 Anselme Parfait Bidi :  Evidemment, la lutte contre l’érosion côtière est notre leitmotiv. Parce que Grand-Popo est gravement menacée par l’érosion côtière, maritime et l’érosion fluviatile. Cela fait deux eaux qui conjuguent leurs effets pervers du fleuve Mono et de l’Océan Atlantique. Grand-Popo vit donc dans la hantise de disparaître un jour. C’est ce qui nous fonde dans ‘’Jeunesse engagée pour le développement’’ à conjuguer nos efforts pour poser des actes aux côtés des pouvoirs publics en vue de freiner l’érosion côtière.

 A combien peut-on évaluer la bande entre la mer et le bras du Mono ?

– On peut estimer le rétrécissement à 800m par an ces dernières années. C’est ce qui explique la dangerosité du phénomène.

L’eau est un partout sur la côte. Cette situation ne constitue-t-elle pas une menace dangereuse pour les populations riveraines ?

Oui, justement. Chaque jour lorsque les populations se couchent, elles dorment avec des questionnements. Elles vivent dans une hantise permanente et une précarité légendaire qui appellent des actions urgentes.

 Les statistiques disent que chaque année, 3 à 5m de terre sont avalées par l’eau. Vous confirmez les statistiques?

– C’est effectif. C’est ça qui confirme d’ailleurs les dégâts que nous constatons. La bande sur laquelle nous sommes jadis était l’habitation des populations riveraines.

 Quels sont les actes qui ont été posés pour corriger la situation ?

– Cette situation a toujours fait partie des préoccupations des gouvernements qui se sont succédé. Je crois que c’est pour la première fois que nous constatons des actions hardies pour résoudre ce problème. Il y a quelques jours, les députés ont voté la ratification des accords de prêt pour la protection du Littoral segment Grand-Popo. Nous avons appris également que des actions sont déclenchées à travers le rechargement des voies et l’engraissement de l’embouchure en vue d’augmenter l’espace de vie des populations. Ce sont des actes qui rassurent les populations. C’est la preuve que le Programme d’actions du gouvernement est en train de prendre en compte Grand-Popo.

 D’autres préoccupations à soumettre au gouvernement ?

– Vous savez, quand on a faim, on exige un peu plus, parce que la vie est une quête permanente du bien-être. Alors, nous encourageons le gouvernement à continuer dans cette même lancée. Nous avons reçu la visite du ministre  de la Culture et des sports qui est venu nous remettre le site pour la construction du stade communal de Grand-Popo. Nous avons espoir et nous encourageons le gouvernement pour que ces réalisations puissent se mettre en place. Nous voulons également demander à l’Exécutif de prendre en compte la construction de la voie Adjaha-Athiémè. Nous exhortons les populations à soutenir et à accompagner le Pag.

 Propos recueillis par O. I. A.