Spread the love
L'intervention du ministre est attendue
L’intervention prompte de Soumanou Djimba attendue

L’examen du Bepc 2015 prévu pour le lundi prochain est incertain pour plusieurs candidats. La cause, le Surveillant général adjoint du collège de Zongo2 de Parakou a pris les dossiers de certains candidats avec de l’argent pour les frais de dossier. Mais ce dernier qui est introuvable, n’a déposé aucun dossier.

Ils sont une centaine de candidats libres de la ville de Parakou qui ne pourront pas composer les épreuves de l’examen du Bepc, édition 2015. Le scandale d’escroquerie orchestré par Sga du collège de Zongo2 a été découvert la semaine dernière. Selon les responsables de la Direction départementale de l’enseignement secondaire du Borgou-Alibori, aucun établissement d’enseignement n’a plus le droit d’inscrire et de présenter directement des candidats libres. Mais le Surveillant général adjoint du Ceg Zongo2 de Parakou a passé outre cette mesure. Il a pris le soin de collecter des centaines de dossiers en plus d’une somme de 3.000 francs comme frais de dossiers par candidat. Au-delà des frais de dossier, l’intéressé aurait pris également une forte somme d’argent auprès des candidats. Mais, il n’a jamais déposé les dossiers comme promis aux candidats. L’affaire a éclaté la semaine dernière au moment de l’affichage des listes. Les candidats ayant mordu à l’appât de l’escroc ont constaté l’absence de leur nom ainsi que leur numéro de table. C’est à ce moment que le pot aux roses a été découvert. Une vraie supercherie et une escroquerie savamment mises en œuvre par le Surveillant général adjoint dudit collège. Les spoliés qui pensaient se présenter au Bepc en tant que candidats présentés par un collège sont dans la désolation. Selon nos sources, la liste des victimes continue de s’allonger. Du côté des parents d’élèves, c’est la tristesse. Leurs progénitures risquent de perdre l’année. Les responsables départementaux de l’enseignement secondaire ont exploré des pistes de solutions. « Le ministre et son staff pourront voir s’il faut que ces candidats soient repêchés pour composer la session unique ou celle de remplacement afin d’éviter la catastrophe », a confié un responsable de la Direction départementale. Des sources concordantes affirment que le Ministère a été déjà saisi du dossier mais aucune alternative pour le moment n’est préconisée.

 Clément Dognon (Br Borgou-Alibori)