Spread the love
trafic-animaux
Une partie des peaux d’animaux sauvages protégés saisie

La Police nationale et la Direction générale des eaux et forets poursuivent leur lutte contre le trafic des espèces animales sauvages protégées par la loi. Après Porto-Novo, c’est au tour des trafiquants de Pobè de tomber dans les mailles de la Police nationale le mardi 28 juillet 2015. En effet, les éléments du Commissariat central de Pobè, en collaboration avec les agents des eaux et forêts de la section de Kétou, ont interpelé, le mardi 28 juillet 2015, deux présumés trafiquants d’espèces fauniques. Ces derniers ont été appréhendés en possession de 50 peaux de guibs (antilopes), 10 peaux de genettes, 15 caméléons morts et deux 2 peaux de pythons Sebae, le tout soigneusement dissimulés dans deux sacs. La perquisition menée par la suite par l’équipe mixte a permis de retrouver plus de 100 peaux et dépouilles d’animaux sauvages protégés au domicile des présumés qui vont répondre de leurs actes devant la justice béninoise. Rappelons qu’il s’agit, pour la plupart, des espèces intégralement protégées par la Convention Cites et la loi n°2002 16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. Ces vagues d’arrestations de trafiquants est le fruit de la coopération entre le gouvernement béninois et le Programme appui à l’application des lois sur la faune et la flore au Bénin afin de lutter contre le braconnage mais, surtout, le commerce illicite d’espèces sauvages qui menacent la paix, la sécurité et l’intégrité des Etats africains. Ces trafiquants risquent entre 3 mois et 5 ans d’emprisonnement ferme. Vivement que des sanctions soient infligées à ces criminels afin de décourager ces pratiques qui mettent en danger la survie et la pérennisation des espèces en voie de disparition au Bénin et en Afrique de l’Ouest.

 Serge Adanlao