Spread the love
lucien-k.
Le ministre Lucien Kokou a donné le top du Bepc à Athiémé

Les candidats composent depuis hier, lundi 12 avril 2017 dans les épreuves écrites du Brevet d’études du premier cycle (Bepc). Le lancement officiel a été fait au Collège d’enseignement général (Ceg) d’Athiémé, dans le département du Mono par le ministre de l’Enseignement secondaire, de la formation technique et professionnelle, Lucien Kokou.

Lundi d’examen, lundi pluvieux. Ce premier jour du Bepc n’a pas échappé au rituel. Il sonnait 06 heures 30 minutes. Le Collège d’enseignement général de la commune est encore désert. Pas une présence de candidats, mais dans la salle des professeurs, les signes sont visibles. A la manette, le chef du Centre, la Directrice du Collège d’enseignement général (Ceg) de Comè, Jocelyne Amoussou Ganhou. Le ton ferme, la voix alerte et l’allure enseignante, elle recadre ses collègues surveillants. A cette heure, ils ne sont que quelques-uns à braver la pluie drue d’hier lundi. Dehors, l’invitée du matin est toujours « inconsolable ». Les minutes s’égrènent, 7 heures s’approche inexorablement. Le maître des lieux fait un premier contrôle de présence et procède à la lecture des textes qui encadrent la surveillance des examens. Pendant ce temps, la cour du collège se garnit peu à peu.  Les jeunes apprenants arrivent déjà. Certains dans le lot ont réussi à se protéger convenablement, mais d’autres n’ont eu leur salut que grâce à un tissu ou à un quartier de toile de sachet qui assurait le service minium. 7 h 30. La salle des surveillants grouille de monde. Les autorités firent leur entrée. Le ministre Lucien Kokou, le Directeur des examens et oncours,MahougnonKakpo, le maire de la Commune, Joseph Anani, le Préfet du département et les membres du cabinet. Le Chef centre procède à une seconde lecture de la liste de présence et répartit les surveillants. Tout est fin prêt.Le lancement peut démarrer. La délégation se rend dans une salle de composition pour l’exercice. Au cours de son intervention, le Ministre Lucien Kokou a exhorté les candidats à la sérénité. La Commune d’Athiémé abrite deux centres d’examen. Le collège d’enseignement général d’Athiémé et celui de d’Akonana. L’effectifdes candidats inscrit dans cette commune est de 890. Le centre de lancement compte 520 inscrits dont 325 garçons et 195 filles.
 
« Les dispositions sécuritaires sont prises »
 Ils sont au total 224995 candidats  à plancher depuis hier pour le compte de cet examen qui marque la fin du premier cycle de l’enseignement secondaire. Le grand défi pour ces occasions reste toujours le volet sécuritaire. Qu’est-ce qui est fait pour garantir la sécurité des épreuves et des centres de compositions ? A cette question, le Directeur des examens et concours s’est voulu plus que rassurant. « Je tiens à rassurer toute la nation béninoise que toutes les dispositions sont prises pour assurer la sécurité des épreuves et des centres d’examen», a-t-il fait savoir. Le ministre de l’enseignement secondaire a rappelé les efforts entrepris par le gouvernement pour assurer la qualité de l’enseignement. Il a émis le vœu d’assister à une amélioration sensible des résultats de cette année. « Le gouvernement a joué sa partition. Il compte faire davantage d’efforts. Nous souhaitons que les résultats de cette année s’améliorent », a-t-il fait savoir.
 
HA
 
Zou et les Collines : sous le signe de l’engagement des candidats
21.768 candidats sont inscrits dans le département du Zou pour le compte du Brevet d’étude du premier cycle dont les épreuves écrites ont été officiellement lancées hier lundi 12 juin 2017 au Collège d’enseignement général de Tindji, dans la commune de Za-Kpota. Présidée par le préfet, la cérémonie a eu lieu sous une pluie diluvienne qui n’a guère empêché les candidats d’être présents dans les centres. En attendant l’ouverture du premier pli, l’autorité préfectorale a  procédé à une mise en condition des candidats qui, mouillés par la pluie,  étaient stressés. «Il faut avoir les aptitudes nécessaires pour ne pas avoir de problème. Il faut vous concentrez davantage pour donner le meilleur de vous-même. C’est comme un devoir de tous les jours. Ne vous paniquez pas. C’est comme vous avez l’habitude de composer dans vos classes. Je vous prie de suivre les consignes des surveillants. Pour la suite des épreuves, il faut que vous soyez toujours à l’heure et munissez-vous de vos pièces d’identité», a conseillé Firmin Aimé Kouton aux candidats. A huit heures, l’épreuve de communication écrite a été lancée. Selon Dieudonné Gambiala, le Ddesftp/Zou, les candidats qui planchent dans le Zou et ont été répartis dans 24 centres avec 1178 surveillants. 30 minutes après le démarrage de la première épreuve, un candidat a été exclu  du centre pour cause de retard.  Il faut noter que dans les Collines, la cérémonie de lancement s’est déroulée au Ceg/Paouian avec le Ddesftp/Collines,  Pamphile Viayinon. Dans le Zou comme dans les Collines, les candidats ont pris l’engagement devant les autorités pédagogiques de faire mieux que par le passé. Cette volonté s’est traduite par leur présence effective et sans retard dans les centres de composition.  
 Zéphirin Toasségnitché
(Br Zou-Collines)
 
 De nombreux cas d’absences dans le Couffo
La grosse pluie qui s’est abattue sur le département du Couffo, n’a pas empêché les candidats à l’examen du Brevet d’Etude du Premier Cycle session de juin 2017 de se rendre dans leurs centres de composition. C’est le cas au Ceg 1 d’Azovè. Les autorités administratives, avec leur tête le préfet Christophe Mègbédji, et une délégation de la Direction départementale des enseignements secondaire, technique et professionnel du Couffo y sont allées pour s’assurer du bon déroulement de l’examen. Lançant les épreuves, l’autorité préfectorale, en père de famille, a donné des conseils aux candidats et a souhaité que la chance les accompagne afin que le taux de réussite soit 100%. Après cela, le préfet et sa suite se sont rendus dans d’autres centres de composition des six communes. Il ressort de cette tournée que le Couffo compte 11 126 candidats dont 4185 filles répartis dans 22 centres de composition. Les examens se déroulent dans le Couffo sans incident majeur. Seules quelques absences dont on ignore les causes ont été observées dans certains centres de composition dont 15 au Ceg 1 d’Azovè 11 au Ceg 2 de Dogbo et 21 au Ceg 1 de Djakotomè.
CocouHounkpè
(Br Mono/Couffo)
 
14 361 candidats ont composé dans le Borgou
L’examen du Brevet d’études du premier cycle (Bepc), session de juin 2017 a effectivement démarré hier lundi 12 juin 2017 dans le département du Borgou. Le lancement officiel de cet examen qui enregistre 14 361 candidats a eu lieu pour le compte du Borgou, à Parakou précisément au collège Hubert Maga.
Le top de l’examen du Brevet d’études du premier cycle (Bepc), session de juin 2017 a été donné pour le compte du département du Borgou par le préfet Djibril Mama Cissé en présence du maire de la municipalité de Parakou, Charles Toko. Au total, 14361 candidats ont été appelés à composer dans 24 centres de composition. Le préfet Djibril Mama Cissé, au nom des autorités départementales et municipales, a rassuré les candidats sur les dispositions prises par la Direction des examens et concours pour la transparence de cet examen. A l’endroit des candidats, il a déclaré que le Bepc n’est pas un concours mais un examen. Ceci, en les invitant à bien travailler pour décrocher leur Brevet d’études du premier cycle (Bepc). Pour ce faire, il a invité les uns et les autres àse débarrasser de tout document compromettant, à travailler sans stress et à respecter les consignes des surveillants. Avant de souhaiter bonne chance aux candidats, Djibril Mama Cissé rappelé l’attachement du gouvernement à la qualité des ressources humaines dont a besoin le Bénin pour son développement. Dans le centre de composition du Ceg Hubert K. Maga, 1531 candidats sont répartis dans 45 salles de composition. Après cette étape du lancement officiel, le maire Charles Toko et les membres de la délégation ont sillonné les autres centres de composition pour s’enquérir du bon démarrage de l’examen. Dans l’ensemble des centres, aucun incident majeur n’a été signalé.
 
Alexis Ogoubi
 (Coll Br Borgou-Alibori)