Spread the love

patrice-talonLa troisième réunion de concertation entre la direction nationale pour le Bénin de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (Apbef)s’est tenue vendredi 14 septembre 2017 à Cotonou. Au cours de cette rencontre, des professionnels de la monnaie, l’examen de la situation économique et financière montre que le Bénin a enregistré des progrès.

La situation économique et financière du Bénin est rassurante. Ainsi se résument les propos du directeur national pour le Bénin de la Bceao, Alain Komaclo. En effet, lors du point de presse qu’il a animé avec le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (Apbef), Lazare Komi Noulékou, le Directeur national de la Bceao pour le Bénin a fait savoir qu’à l’issue de l’examen de la situation économique et financière récente de l’Umoa, ils notent « avec satisfaction les progrès enregistrés en termes de croissance et de stabilité des prix au cours du deuxième trimestre de l’année 2018. » Statuant sur les chiffres, M. Komaclo a soutenu qu’à l’échelle de l’Union, « le taux de croissance économique réelau deuxième trimestre de 2018 est estimé à 6,5% en glissement annuel et le taux d’inflation est ressorti à 0,7%. » Dans cet environnement, l’activité économique a progressé de 5,8% en glissement annuel au deuxième trimestre de 2018 contre 5,6% au premier trimestre. Le directeur national de la Bceao, Alain Komaclo, a fait savoir que le niveau général des prix « s’est inscrit en hausse de 1,0% contre 1,1% au premier trimestre ; demeurant toutefois en dessous du plafond communautaire qui a atteint le taux de 3,0%. » Après avoir pris connaissance de l’état d’avancement du projet Bic (Bureau d’information sur le crédit) au Bénin et dans l’espace communautaire, les directeurs généraux des banques et établissements financiers ont été invités d’une part, à améliorer le taux de consultation des rapports de solvabilité de leurs clients dans la base Bic et d’autre part, à intensifier les actions au sein de leurs établissements respectifs en vue d’accroître le taux de recueil de consentements de leurs relations. Le directeur du Bic et le président de la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) ont, par ailleurs, sensibilisé les directeurs  généraux d’établissements de crédit sur les attentes de leurs structures vis-à-vis du système bancaire.

J. C. K.