Spread the love

Marie-Odile-Attanasso-1Les épreuves écrites de l’examen national de master ont été lancées, lundi 12 novembre 2018 au centre du Ceg « Les Pylônes » à Cotonou. Pour cette première édition, 833 candidats sont appelés à plancher dans 39 filières dans ce seul et unique centre de composition retenu sur toute l’étendue du territoire. Pour le premier groupe, 516 composent dans six différentes filières. Il s’agit de Marketing-Communication-Commerce, Finances-Comptabilité-Audit, Transport et Logistique, Banque-Finance et Assurances, Entrepreneuriat et gestion des Projets et Gestion des ressources humaines. Aucun incident au démarrage des épreuves selon le Chef-centre, Saturnin Gbaguidi. Cet examen entre dans le cadre des réformes engagées en vue d’assainir le secteur des établissements privés d’enseignement supérieur au Bénin. Egalement, il constitue un levier pour jauger le niveau des apprenants afin d’améliorer la qualité de l’éducation. Selon Marie-Odile Attanasso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le gouvernement est dans la dynamique de redonner au Bénin son attribut de quartier latin d’Afrique. « C’est pourquoi nous tenons à contrôler la qualité de l’enseignement donnée à nos enfants dans le privé », a-t-il déclaré. Elle a estimé que cet examen n’est qu’un pan du processus enclenché. A ses dires, une liste définitive d’établissements privés d’enseignement supérieur sera publiée, lorsque le processus sera à l’étape d’homologation. « En ce moment, les examens nationaux ne seront plus utiles. Pour finir, elle a exhorté les promoteurs d’établissements privés qui sont encore réticents à entrer dans le processus en cours pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur.

 D K G

(Stag)