Spread the love

Laurent Tossou(La Sbee, la Dpp et la Daf félicitées)

 Sous le leadership du ministre Dona Jean-Claude Houssou, le ministère de l’Energie a pris le train de la performance et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. L’exécution de son Plan de travail annuel à 82 % au 31 décembre 2018 témoigne que les différents bras opérationnels sont déterminés à suivre la  dynamique impulsée par l’autorité depuis avril 2016.

La stratégie du ministre de l’Energie visant à amener ses collaborateurs à divers niveaux à donner le meilleur d’eux-mêmes, à la tâche, donne visiblement les résultats escomptés. En effet, Dona Jean-Claude Houssou, dès son arrivée à la tête de ce département et par souci d’efficacité, a pris l’initiative, dans le cadre de l’exécution du budget, de remettre des lettres de missions aux différents directeurs des structures sous-tutelle. Cette méthode répond au souci du gouvernement de faire en sorte que l’exécution des projets se déroule de la meilleure façon possible.  Au terme de chaque année budgétaire, une évaluation est faite du niveau d’évolution de ces projets. Chaque coordonnateur et responsable de structure est évalué par rapport à l’atteinte ou non des objectifs qui lui ont été fixés. Cette évaluation n’est rien d’autre qu’une conséquence du principe de reddition de comptes qui est au cœur de la nouvelle gestion des affaires publiques. Selon le Directeur de la programmation et de la perspective, Herman Zimé, elle a deux avantages. Primo, c’est qu’elle constitue un élément de légitimation des politiques publiques, puisqu’elle permet de connaître la portée des politiques publiques menées. Secundo, l’évaluation permet d’améliorer le management. Elle se déroule à travers un processus interactif et inclusif, parce que tous les gestionnaires publics sont impliqués. Quatre phases sont à retenir dans le cadre du processus d’évaluation. La première concerne l’appropriation du guide méthodologique par les acteurs. La deuxième est relative au traitement de données à travers un questionnaire. Le traitement et l’analyse des questionnaires viennent en troisième position. Enfin, il y a les résultats.

 Sbee, Dpp et Daf : trio de tête

Dans le cadre de l’exercice 2018 du budget, les structures sous-tutelle ayant fait l’objet d’évaluation sont : Dpp, Sbee, Aberme, Controlec, Sgm, Dip, Dpp, et Daf.  Il se dégage comme trio de tête Sbee-Dpp-Daf. En 2017, la Sbee avait occupé la première place en compagnie de l’Aberme et de la Dip. Ayant ainsi décroché la première place, comme l’année précédente, avec 75%, le directeur général de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) a confié que ce sont les efforts de tous ses collaborateurs qui ont payé. Cette performance, a-t-il dit, n’est pas du seul ressort du directeur général. « Lorsque nous avons fini l’évaluation de 2017, j’ai présenté le parchemin à la cérémonie des couleurs. La motivation était grande. Je me suis rendu compte que mes collaborateurs étaient contents d’avoir obtenu cette lettre de félicitation du ministre. Lorsque la lettre de mission de 2018 a été remise, elle a été déclinée en contrats d’objectifs aux directions de la Sbee et coordonnateurs. Le Conseil d’administration nous a appuyés. Tous les trois mois, nous faisons une évaluation d’étape de toutes les tâches. C’est certainement ce qui a donné les résultats atteints », s’est-il réjoui. Laurent Tossou n’a pas manqué de saluer le leadership du ministre Dona Jean-Claude Houssou qui a eu cette initiative qui permet au ministère de l’Energie d’avoir des résultats probants. « Cette évaluation est un instrument de motivation qui permet d’atteindre les objectifs qui sont liés aux projets. Ça paraît un jeu, mais à la fin vous voyez des résultats qui vont dans le sens de la satisfaction du client », a-t-il précisé.

 2019, la consécration ?

 Satisfait de la performance enregistrée par son département, le Numéro 1 de l’Energie au Bénin a indiqué que cette évaluation a permis d’instaurer une saine émulation. Une émulation qui favorise cette volonté de bien faire, de s’améliorer. « Entre l’exercice 2017 et celui de 2018, les performances ont augmenté de plus de 30%. C’est extraordinaire, et je crois qu’on peut faire encore mieux », a-t-il fait constater. Selon l’autorité, l’année 2019 doit être une année de consécration pour le ministère de l’Energie. « Je voudrais particulièrement que ce rêve soit partagé par chacun de mes collaborateurs et que nous soyons au rendez-vous lors du prochain exercice d’évaluation pour confirmer cette consécration. Nous sommes dans une dynamique de progrès, et il n’est pas question de rater le coche », a lancé Dona Jean-Claude Houssou, insistant sur les prochains défis à relever. Des défis au nombre desquels figurent l’achèvement des travaux de construction de la centrale thermique dual fuel de Maria-Gléta 2, la construction d’une deuxième centrale de 120 mégawatts et l’extension du réseau de distribution de la Sbee dans les grandes villes du pays.

 Joël Samson Bossou