Spread the love

etuduants-enamA l’auditorium de l’Ecole nationale d’économie appliquée et de management (Eneam), hier mercredi 10 juin 2015, le Général Fernand Amoussou s’est entretenu avec les étudiants de ladite Ecole. Il y est allé sur invitation, des étudiants et l’administration pour exposer sur « le leadership et la gestion des conflits en Afrique ». Comme un poisson dans l’eau, il a employé les mots qu’il faut pour capter l’attention de l’assistance.  

Attention soutenue, les étudiants et enseignants de l’Eneam, une des hautes Ecoles de l’Université d’Abomey-Calavi, ont suivi l’exposé fait hier, par le Général Fernand Amoussou. A l’occasion, ce n’était pas l’acteur politique et candidat à la présidentielle de 2016 au Bénin qui parlait. C’était plutôt le technicien, le Général des forces armées béninoises, l’expert en gestion des conflits en Afrique et l’ancien commandant des forces onusiennes en Côte d’Ivoire. Non seulement, il a séduit son auditoire par le caractère technique de sa communication, mais il a mis en œuvre ses qualités de conférencier (puisqu’il en fait dans beaucoup de pays).

Sa conférence s’est articulée autour de trois points. Dans une première partie, il a parlé de la typologie des conflits ; ensuite des enjeux et causes ; puis enfin, des stratégies de gestion des conflits. Avec des exemples à l’appui, Fernand Amoussou a expliqué aux étudiants ce que c’est qu’un conflit et les différents types qui sont souvent rencontrés. Il s’est basé sur ses expériences pour expliquer les causes des conflits et ses enjeux. L’orateur a mis l’accent sur la pauvreté, les disparités sociales, la confiscation du pouvoir, l’injustice, le manque d’éducation et autres formes de frustrations qui poussent souvent a des conflits. Il a insisté aussi sur le sous-développement qui en est à la base, d’ailleurs. Le Général Amoussou en a profité pour parler de l’importance de l’éducation et de l’orientation des jeunes qui sont souvent en proie aux groupes sociaux, auteurs des générations de conflits.

Il a énuméré plusieurs stratégies de gestion des conflits. Pour lui, il est possible de prévenir un conflit et éviter qu’il dégénère. Et à cet effet, plusieurs méthodes existent : la voie traditionnelle et celle moderne. En gros, il a expliqué que la gestion d’un conflit n’est pas caractérisée par l’usage de l’arme. « La force peut permettre les conditions de résolution d’un conflit, mais jamais elle ne le résout », a martelé le Général Fernand Amoussou.

Il a, par ailleurs, partagé avec les étudiants, les expériences qu’il a vécues dans sa carrière en matière de gestion des conflits. Mais avant son exposé, il a remercié le bureau d’union d’entité de l’Eneam qui a pris l’initiative de l’inviter à animer cette communication. Fernand Amoussou a aussi dit sa reconnaissance à l’administration et son directeur pour leur implication dans la tenue de cette conférence.

 Félicien Fangnon