Spread the love

TohokuCeux qui ne connaissent pas la ville de Tohoku ont l’occasion de la découvrir sans sortir le moindre kopeck. Il leur suffira de se rendre à l’ambassade du Japon au Bénin, sis à Djomèhountin derrière Novotel hôtel, et le tour est joué. Cette représentation de l’Etat nippon a initié une exposition de photos à son siège pour faire découvrir au public béninois la richesse culturelle de cette ville nippone. Intitulée « Tohoku- A travers les yeux des photographes japonais », cette exposition de photographies japonaises est une manière de jeter un regard sur le monde contemporain. Elle est ouverte au public, du lundi 19 novembre au 07 décembre 2018,  de 10h00 à 13h00 (matinée) et 15h à 17h00 (après-midi), sauf week-ends et jours fériés. Au total, c’est plus de soixante-seize (76) photos de la société japonaise qui attendent les amoureux de l’image. Traitant des thèmes  divers et variés comme « Une société qui change » et « Des Paysages qui changent », elles mettent en exergue les habitants, les différents styles vestimentaires, les us et coutumes, le paysage de Tohoku des années 1970 à nos jours. Cette exposition de photos révèle la vie diversifiée et riche de Tohoku, nord-est de Honshu, la plus grande île de l’archipel japonais. Les différentes photos que vous aurez l’occasion de découvrir à la Salle polyvalente de l’Ambassade du Japon à Cotonou, vous permettront à coup sûr d’améliorer davantage la compréhension de la culture, du climat et de la vie dans cette région du Japon qui retrouve progressivement son ossature naturelle, culturelle, environnementale et économique, après l’impact dévastateur du  séisme, le 11 mars 2011. Les différentes photos qui seront présentées sont l’œuvre de plusieurs photographes japonais aux talents individualistes qui combinent leur savoir-faire avec l’art. Entre autres, on y retrouve des œuvres telles que « Masatoshi Naito » qui met en valeur la statue de Osawabutso, « Hiroshi Osima », qui met en lumière la ville de la chance, « Masaru Tasuki » qui plonge dans le monde animal, « Hideo Haga » qui fait voyager dans l’univers des danses traditionnelles.

Joël Samson Bossou