Spread the love
SOSTHENE-S
Sosthène Sèflimi, porte-parole du groupe de réflexion

Sept journalistes sportifs réunis au sein d’un groupe de réflexion dénommé ‘’Sauvons le football béninois’’ ont fait vendredi dernier, une déclaration pour demander des clarifications à la Fifa au sujet de sa récente décision. Ils ont également dressé le portrait-robot du membre du comité de normalisation… Lisez plutôt…

Déclaration du groupe de réflexion ‘’Sauvons le football béninois’’

Depuis plusieurs années, le football béninois est en proie à des crises internes et cycliques. La dernière en date continue à ce jour de faire des vagues. Restés longtemps absents des vrais débats sportifs, des journalistes sportifs ont décidé de prendre leurs responsabilités.

Ainsi, ils se sont constitués en un groupe de réflexion dénommé ‘’Sauvons le football béninois ». L’objectif principal étant de contribuer à l’avènement d’un football nouveau, et surtout d’aider à la réussite de la mission assignée par la Fifa au comité de normalisation.

Qu’il nous souvienne, la Fifa, lors de ses assises des 21 et 25 septembre 2015, a décidé de la mise en place d’un comité de normalisation au Bénin. Et cette décision rendue publique le 25 septembre 2015 sur le site de l’instance internationale se libelle comme suit: « Concernant la situation au sein de la Fédération Béninoise de Football, il a été décidé de désigner un comité de normalisation, conformément à l’art. 7, al. 2 des Statuts de la Fifa, avec un mandat jusqu’en avril 2016. Les missions de ce comité seront de normaliser la situation concernant les équipes nationales et d’organiser de nouvelles élections ouvertes à toutes les candidatures, y compris celles des membres du Comité exécutif sortant ». Dans la même veine, la correspondance d’information adressée à la Fédération Béninoise de Football stipule: « … Le Comité exécutif de la Fifa a décidé de nommer un comité de normalisation composé de cinq membres qui seront identifiés par la Fifa et la Caf au plus tôt. Le comité de normalisation commencera au moment de la nomination des cinq membres et prendra fin le 30 avril 2016 au plus tard. Il aura pour tâches de ramener la sérénité et une reprise normale des activités footballistiques, y compris l’équipe nationale, ainsi que d’organiser les élections des dirigeants de la Fbf au plus tard la date indiquée, à savoir le 30 avril 2016. Les membres du Comité exécutif sortants seront habilités à se présenter … ».

Il faut tout de même observer que cette correspondance signée du Secrétaire général par intérim de la Fifa, Markus Kattner, parle de la «reprise normale des activités footballistiques », donc des championnats nationaux. Ce qui ne transparait pas dans le communiqué final que la Fifa a rendu public sur son site.

Cette différence de langage implique diverses appréciations de la décision de la Fifa. Nous invitons donc l’instance internationale du football mondial à clarifier cette situation afin que tous les acteurs du football aient la même compréhension pour sa meilleure application. Car, à notre avis, c’est l’une des conditions pour que Ie processus de transition se déroule vraiment sans accroc.

Les cas togolais et camerounais nous édifient et expliquent d’ailleurs notre appréhension. Car, mis en place pour six mois, le comité de normalisation connait souvent des prorogations de délai. Ce qui laisse la porte ouverte à tous les abus. Si le Cameroun semble avoir conjuré le mauvais sort après plus de deux années de transition – le bureau exécutif de la Fécafoot est élu ce 28 septembre 2015 -, le Togo, pour sa part, peine toujours à voir le bout du tunnel après neuf mois de transition. Notre souhait est de voir le Bénin faire exception avec son comité de normalisation qui tienne rigoureusement dans le délai de six mois imparti par la Fifa.

Par conséquent, nous invitons les instances internationales du football (Caf et Fifa) à éviter la mise en place d’un comité de normalisation monocolore, et tous les acteurs du sport à œuvrer pour l’avènement d’un football nouveau.

Toutefois, nous nous permettons le luxe de faire ici un portrait-robot du membre du comité de normalisation. Ce membre doit:

1- Etre du milieu sportif béninois

2- Etre de bonne moralité

3- Avoir une expérience certaine dans la gestion des situations de crise

4- Avoir le sens de l’organisation et de l’anticipation

5- Avoir le sens de la justice, de l’équité et de la responsabilité (Sans parti pris)

Tout en étant à l’écoute des différents acteurs de la famille du football au Bénin, le comité de normalisation doit s’affranchir toutes sortes d’interférences tendant à l’éloigner de sa mission fondamentale.

Le comité de normalisation doit tout faire pour rester dans le canevas tracé par la Fifa. Le cas échéant, le groupe de réflexion s’engage à l’accompagner pour la réussite de sa mission. Au cas contraire, ‘’Sauvons le football béninois’’ utilisera tous les moyens légaux en sa possession pour ramener le comité de normalisation sur le droit chemin.

Vive le Renouveau du football béninois

Vive le Bénin

Ont signé,

Pascal Hounkpatin

Vincent Kpohihoun

Sabin Loumèdjinon

Constance Meffon

Ambroise Zinsou

Sosthène Sèflimi

Aubay Roland Zohoun