Spread the love
salimane-karimou-ministre-des-enseignements-maternel
Le ministre Salimane Karimou dénonce la nonchalance des autorités municipales de Cotonou

Le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, a effectué une descente, hier mardi 23 mai 2017, à l’école maternelle et primaire du Nouveau pont pour constater de visu l’état de dégradation de cette infrastructure scolaire.

Dans le souci de réhabiliter les infrastructures scolaires en décrépitude, le ministre des Enseignement maternel et primaire, Salimane Karimou, accompagné pour la circonstance du préfet du Littoral, Modeste Toboula, est allé faire l’état des lieux des infrastructures scolaires en dégradation très avancées en vue de parer au plus pressé. Ceci, suite au mutisme des autorités de la capitale économique qui devraient, en principe, au regard des dispositions de la loi portant organisation des communes à statut particulier en République du Bénin, prendre les mesures qui s’imposent. Compte tenu de la mission à eux confiée par les populations de Cotonou en effet, les autorités municipales devraient mobiliser les moyens pour doter les lieux du savoir d’infrastructures adéquats.  Le ministre confus, s’est désolé du constat. Bâtiment s’écroulant, murs effondrés, alentours totalement encombrés, toiture en dégradation continue, il faut dire que le constat s’est révélé déshonorant. Selon lui, la responsabilité de réparer, de réhabiliter et même de construire relève des compétences de la municipalité de Cotonou qui a déjà reçu toutes les ressources y afférentes. Malheureusement, même avec le fonds Fadec, aucune action n’a été menée par les autorités de Cotonou en vue de corriger le tir. Il faut rappeler que le jeudi 27 avril 2017, un pan de la clôture de l’école primaire et maternelle «Nouveau Pont»  de Cotonou s’est effondré après les cours du soir. Le directeur de l’école ayant saisi la préfecture par correspondance en date du 02 mai 2017 et le directeur départemental des enseignements maternel et primaire du Littoral, a émis le vœu de voir les diverses autorités descendre pour toucher du doigt la triste réalité. À cet effet,  le Préfet du Littoral a saisi le maire de Cotonou par courrier en date du 10 mai 2017  à propos de cette situation et lui a suggéré  de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de parer au plus pressé vu l’urgence. Un coup de fil  entre les deux autorités est venu appuyer la correspondance échangée entre celles-ci. À la date d’aujourd’hui, la nonchalance des autorités municipales a fait perdurer la situation qui met en péril la vie des générations futures. Sinon, comment comprendre que la mairie n’a pris aucune disposition pour réhabiliter les salles de classes et autres. Pour ce qui concerne l’encombrement des alentours, le Préfet Modeste Toboula a lancé un appel fort aux contrevenants des dispositions de l’arrêté préfectoral portant déguerpissement des alentours des écoles publiques dans le département du Littoral.

Odi I. Aïtchédji

(Coll)