Spread the love
talon2017
Les réformes de Talon pour assainir les finances publiques révèlent leurs effets

La malheureuse page de falsification des contrats et d’attribution de numéros matricules fictifs, aux agents de l’Etat inexistants est en phase d’être définitivement fermée. Une mission de contrôle mise sur pied par le ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni vient de découvrir un important réseau de faussaires.  
Les individus impliqués dans le mécanisme de falsification de contrats de travail sont dans de gros ennuis. Les réformes mises en place par le président de la République, Patrice Talon, en vue d’assainir les finances publiques continuent de porter leurs fruits. Et pour cause. Une rocambolesque mafia de faux et usage de faux sur des contrats de travail administratifs a été découverte. En effet, le ministre de l’Economie et des finances, Romuald Wadagni a mis en place depuis quelques mois, une équipe dédiée à l’assainissement de la base de données du Sunkwe, le logiciel de traitement et de gestion des salaires des agents de l’Etat. Les travaux ont permis de constater qu’une série de numéros matricules existant au niveau du logiciel ne se retrouvent pas au niveau du Fichier unique de référence (Fur) des agents de l’Etat. Saisi du dossier, l’Inspection générale des finances (Igf) a mené des investigations à partir des contrats de travail des personnes titulaires des numéros matricules concernés. Ceci a permis de démontrer que lesdits contrats de travail sont faux. Un mécanisme de falsification a été constaté au niveau de tous les contrats étudiés. Primo, des signatures ont été imitées. Secundo, des numéros matricules fictifs ont été attribués et tertio, des postes de travail fictifs ont été créés. Seules les identités des personnes bénéficiaires sont réelles. Une trentaine de contrats sont dans le cas et les corps professionnels qui ont été les plus utilisés sont les instituteurs contractuels, les instituteurs adjoints contractuels, les secrétaires des services administratifs et les élèves professeurs adjoints contractuels. Un préjudice à la caisse de l’Etat qui s’élève à 49 000 000 de FCfa environ. Interpellé par la Direction centrale de la Police judiciaire, l’un des bénéficiaires a dévoilé les noms de sept bénéficiaires des contrats et de l’auteur de la falsification desdits contrats. Celui-ci a cité six autres personnes impliquées dans le dossier et qui auraient facilité, à divers titres, contre rémunération. Il s’agit de 03 agents du Mef, 02 du Memp et d’un ex-agent du Mtfp. Deux autres complices seraient en cavale. Présentées au procureur de la République près le Tribunal de première instance de Cotonou, une partie des mis en cause a été mise sous mandat de dépôt et l’autre sous convocation.  Vu l’éminent travail abattu par le chef de l’Etat et le ministre de l’économie, il faut les encourager à davantage persévérer afin de décourager les faussaires.

Mohamed Yasser Amoussa
(Stag)