Spread the love

Fernand-Amoussou2Sous une pluie battante, le Général Fernand Amoussou et son équipe se sont rendus, le samedi 20 juin 2015, dans l’arrondissement de Hêvié, dans la Commune d’Abomey-Calavi. Comme d’habitude, le candidat à la présidentielle de 2016 au Bénin est allé au contact de ses compatriotes. Mais, cette fois-ci, il a voulu vivre avec tout Hêvié, les difficultés que les populations en temps de pluie.  

La période choisie par Fernand Amoussou pour se rendre à Hêvié n’est pas un hasard. Avec insistance, il a demandé à son équipe de tout faire pour qu’il aille partager ce moment de difficultés avec les citoyens de Hêvié qui, eux aussi, ont droit aux bonnes conditions de vie. Malgré l’état dégradé de la voie Cococodji-Hêvié, Fernand Amoussou a effectué sa descente sur le terrain. Pour les témoins, le chemin n’a pas été facile. La boue a retenu des véhicules ; mais la délégation, avec à sa tête le candidat, a poursuivi le trajet à pied. Quelques maisons ont été sillonnées et le Général Amoussou n’a pu contenir sa désolation devant les conditions difficiles dans lesquelles vivent ses compatriotes de Hêvié. « Vous êtes aussi des Béninois. Vous n’avez commis aucun péché en étant habitant de cette localité. C’est un devoir pour qui de droit de vous offrir de bonnes conditions », a-t-il dit à l’occasion. Face à des citoyens qui ne pouvaient pas quitter chez eux, en raison de l’état des voies mais surtout vivant dans des maisons inondées et encombrées de boue, Fernand Amoussou a poursuivi son indignation : « Votre souffrance me révolte. Il n’est pas acceptable que vous viviez dans ces conditions, abandonnés par les pouvoirs publics, alors qu’à chaque élection, on vient vous demander vos suffrages. Ce qui me dérange est que les solutions existent et on refuse de les mettre en œuvre pour vous offrir de meilleures conditions de vie. On ne peut pas vous dire qu’il n’y a pas de moyens pour réhabiliter la route qui mène vers Hêvié et construire un pont moderne pour relier les deux localités. Nous devons tous nous mobiliser et nous rassembler pour changer les choses et apporter de l’espoir et la joie à tous. C’est cela le fondement de mon engagement ». Il était visiblement ému par ce qu’il a vécu, de Cococodji jusqu’à Hêvié. Il n’a pas caché son mécontentement. Quelques heures plus tard, à l’école primaire Agbozo, toujours à Hèvié où il a rencontré des délégations venues des différents quartiers, Fernand Amoussou a dit sa volonté d’aller au pouvoir et se mettre davantage au service du peuple béninois. « Ma mission sur cette terre est de servir mes compatriotes et mon pays. Tant que je vis, je ne me lasserai pas d’être à votre service. Je suis venu vous demander de me donner les moyens de vous servir avec plus de force et de détermination. Le pouvoir vous appartient. Je suis venu vous demander ainsi qu’à tout le peuple béninois de me permettre de continuer d’être à votre service pour le bien de tous et particulièrement pour l’avenir des jeunes générations. Je ne suis pas à la recherche d’un quelconque titre. Je suis à la recherche de comment vous servir pour que tous les Béninois retrouvent le sourire », a-t-il indiqué. Il a invité, depuis cette localité d’Abomey-Calavi, le peuple à la vigilance. Pour lui, les populations ne doivent plus se laisser tromper. « Il faut qu’on cesse d’abuser de votre naïveté et qu’on vous dise, enfin la vérité. Vous n’êtes pas différents de ceux qui vivent bien. Vous avez droit aussi à la meilleure vie. Hêvié, cette cité dortoir doit être développée ; c’est un devoir et on doit le faire. Moi, je suis prêt à poursuivre mon sacrifice pour le bien-être de tous. La décision vous revient en 2016 », a lancé Fernand Amoussou aux délégations venues à sa rencontre. Il a promis revenir plusieurs fois avant les échéances de Février 2016 pour se rapprocher davantage des citoyens de cette zone.

 Félicien Fangnon