Spread the love

HanlissaLe grand rendez-vous culturel traditionnel « Hanlissa »  organisé par Aubin Akpohounkè aura lieu cette année le 20 août prochain. A travers cet évènement, son initiateur entend créer un label de divertissements et de brassages interculturels à partir duquel le Bénin sera une référence dans le concert des nations.

Initié dans le but de valoriser les anciennes gloires de la musique traditionnelle béninoise, le festival culturel « Hanlissa » se tiendra pour la 7ème fois. Cette année, l’évènement annuel aura lieu le 28 août au Hall des Arts de Cotonou a annoncé le promoteur Aubin Akpohounkè, journaliste-présentateur et animateur de l’émission télévisée éponyme « Hanlissa » sur Canal3. Contrairement aux années précédentes, Aubin Akpohounkè annonce que cette année, c’est le Hall des arts de Cotonou qui accueillera l’édition. Une délocalisation qui serait due à des travaux de réaménagement au Stade de l’amitié où se tenait l’évènement. L’objectif du festival « Hanlissa »  est le même, indique Aubin Akpohounkè. Il explique que cette rencontre culturelle s’organise pour « réunir les anciennes gloires de la musique », les faire réapparaitre sur scène en vue de permettre aux Béninois de les redécouvrir. Pour lui, il importe de célébrer les artistes béninois en raison de leurs immenses talents et au regard des enjeux de la mondialisation où les artistes traditionnelles sont délaissés et oubliés. « Nous allons réunir ceux-là dont ils n’entendent plus parler, ceux-là qu’ils pensaient déjà morts… pour une fois encore les présenter », a-t-il précisé. Le spectacle Hanlissa connaîtra cette année, des têtes d’affiche comme Dakossi Dénis, Assa Sika, le vieux Gbèmawonmindé et une vingtaine d’artistes de la vieille génération qui ont égayé le public béninois et dont les voix continuent d’avoir un échos retentissant sur la scène musicale béninoise. En matière d’innovation, Aubin Akpohounkè a annoncé que le « spectacle, sera à 75 % de la musique traditionnelle ». Il a précisé que les démarches sont en cours pour que « la musique soit typiquement de chez nous» avec des instruments traditionnels de musique à savoir : castagnettes, paumelles, tam-tams. L’organisateur du festival « Hanlissa » rassure les populations qu’elles ne s’ennuieront pas car, dit-il « ces chansons là que nous avions mises sur scène avaient émerveillé ».

Jockvien Tchobo (Stag)