Spread the love
gnonasL’histoire retient que c’est un jeudi matin que l’artiste Gnonnas Pedro tirait sa révérence dans un hôpital de Cotonou. L’artiste souffrait d’un cancer de la vessie. « En novembre 2003, il avait constaté le fait. Je l’avais même emmené à l’hôpital pour qu’il fasse des analyses », se souvient Pascal Zounon son correspondant à Paris. Retourné au Bénin avec les résultats de l’analyse qui affichaient des tumeurs bénignes, Gnonnas Pedro a fait recours aux services du professeur Dufour à l’hôpital Necker de Paris pour un traitement approprié. Face au coût onéreux de l’opération, l’artiste a dû revenir au bercail. Il  a enchaîné par la suite des tournées aux Etats-Unis et en Angleterre comme si de rien n’était. Mais le mal le rongeait. Pedro se savait condamner et ne voulait pas que sa maladie soit connue du public. Peu  de gens étaient au courant de ses ennuis de santé. Il avait toujours souhaité venir mourir dans son pays le Bénin. Gnonnas Pedro a subi trois lourdes opérations pour tenter de vaincre le cancer. La  dernière intervention a eu lieu le 6 août 2003. Le lendemain, le médecin traitant, a annoncé qu’il lui avait enlevé toutes les sondes. Cela annonçait la fin indiquait Pascal. Parti dans l’au-delà à 61 ans, Pedro laisse derrière lui 41 ans de carrière riche. Né le 10 janvier 1943 à Cotonou, Gnonnas Pedro de son vrai nom Gnonnan Sossou Pierre Kwasivi est originaire de Lokossa. Il a démarré sa carrière au milieu des années 60. Il s’est surtout fait remarquer à travers ses deux grands tubes « Von o von non et yri boum » qui ont enflammé toute l’Afrique. Il a également travaillé à la rénovation du Agbadja, un rythme de sa région. En 1996, à la mort de Pape Sérigne, il intègre le groupe de Boncana Maiga, Africando, où il est resté jusqu’à sa mort.
 
Boris Koumagnon