Spread the love
pascal-dakin
Pascal Dakin satisfait des assises 2015

La première session des assises 2015 de la Cour d’appel de Parakou, démarrée le 1er juillet 2015, s’est achevée le vendredi 24 juillet dernier par la cérémonie protocolaire de fin de session. Au total,15 dossiers de crime de sang inscrits au rôle dont l’affaire de l’assassinat du juge Sévérin Coovi ont été examinés et vidés par la Cour. C’est sur une note de satisfaction que Pascal Dakin, le président de la Cour d’appel de Parakou, a clôturé la session.

Les assises à la Cour d’appel de Parakou se sont achevées sur une note de satisfaction, comme l’a déclaré, à la clôture, Pascal Dakin, président de la Cour d’appel de Parakou. Selon ses propos, aucune œuvre humaine n’étant parfaite, la justice doit chercher à mieux faire pour atteindre la berge. « Au constat général, tout s’est bien déroulé, puisque tous les dossiers inscrits au rôle ont été examinés », souligne le président. Le représentant du bâtonnier, Me Hugues Pognon, a, au nom de ses collègues avocats ayant défendu les dossiers, souhaité que les détenus mis en liberté ne trainent plus en prison à cause de la lourdeur administrative ou d’autres considérations. « La Cour d’appel est auguste, mais fait toujours des chimères », affirme Me Pognon. Le ministère public, représenté par l’avocat général, Delphin Tchibozo, a fait remarquer que, malgré le problème d’insuffisance de personnel auquel est confronté la Cour d’appel de Parakou, le travail a pu se faire. Pour ce dernier, le grand enseignement qu’il faut tirer de ses assises concerne le dossier d’assassinat du juge Sévérin Coovi. « Le dossier Coovi nous met face à nous-mêmes et interpelle notre responsabilité », a dit l’avocat général qui souhaite qu’il puisse se tenir une autre assise, d’ici la fin de l’année. Le président Pascal Dakin a félicité tous les acteurs qui ont contribué à la tenue et à la réussite de ladite session. En réponse à l’une des préoccupations des avocats, il s’est engagé à ce que les dossiers au rôle parviennent plus tôt au Barreau. Toute chose qui va permettre aux avocats de bien préparer davantage la défense des accusés.

C.D. (Br Borgou-Alibori)