Spread the love

conseil-des-ministresLes députés de la Commission des finances et des échanges ont refusé de donner leur avis favorable au gouvernement du président Yayi Boni concernant certaines ratifications, notamment l’accès à l’eau dans la ville de Parakou et ses environs sans oublier le projet Maria Gléta 2, lesquelles sont d’une grande importance pour la République, a défendu le régime.

Les arguments des députés de l’opposition portent sur la mauvaise gestion des projets et le détournement des fonds alloués aux projets en question. L’accent a été donc mis sur les récentes déclarations d’Eric Houndété qui interpellait l’Exécutif par rapport au projet des Pays-Bas. Ces déclarations mettent les parlementaires dans une position de réserve vis-à-vis des demandes de ratification formulées par le Pouvoir en place. La ratification d’accord de prêts porte, en réalité, sur le financement d’un autre projet de construction d’une centrale thermique à Maria Gléta et l’accès à l’eau potable des populations de Parakou et environs. Les deux projets ont été donc bloqués pour faute de garantie au niveau des commissaires qui voudraient que les membres du gouvernement revoient la copie en fournissant les preuves, lesquelles doivent dissiper les inquiétudes émises. Ceci, dans un contexte où Maria Gléta 1 continue de panser les plaies engendrées par la navigation à vue des autorités en charge de conduire le projet à terme.

Thobias Gnansounou Rufino (Br Ouémé/Plateau)