Spread the love
Serge-Ahissou
Le ministre Serge Ahissou s’est expliqué

Le prix de la tonne du ciment est passé de 65 000 FCfa à 80 000 FCfa. Les élus du peuple se sont intéressés au sujet et ont adressé des questions au gouvernement. Le ministre en charge du Commerce Serge Ahissou, au Parlement jeudi 26 avril 2018 a donné des explications aux préoccupations des députés.

Quelles sont les raisons qui justifient l’augmentation du prix du ciment ?

 « L’augmentation du prix du ciment,  le gouvernement n’en est pas du tout responsable. Il y a un seul cimentier qui a décidé, entre-temps face à ses difficultés, d’augmenter le prix du ciment par rapport à l’entrée de matière première qui lui revenait un peu plus chère. Les autres cimentiers ont voulu en profiter pour augmenter eux aussi leurs prix.  Mais en réalité,  les prix n’étaient pas augmentés à la hauteur que nous constations dans le pays. Il y avait eu de spéculations.  Le gouvernement s’est vite dépêché d’arrêter cette spéculation en ce moment. 

 Le gouvernement a-t-il participé à la fixation du nouveau prix ?

 Le gouvernement ne participe pas à la fixation des prix de vente du ciment. Le marché est libre, et il revient aux producteurs de fixer eux-mêmes leurs prix.Toutefois, le gouvernement veille à ce qu’il n’y ait pas de dérapage, à  ce que les producteurs n’exagèrent pas la fixation des prix de vente.

 Cette augmentation a-t-elle été également observée dans les pays voisins ?

 Je dis que nous ne connaissons pas ce qui se passe dans les pays voisins,  mais ce que je peux dire est que nous nous consacrons à ce qui se passe chez nous au Bénin.  L’augmentation que nous constatons est bien évidemment exagérée et le gouvernement n’a jamais donner sa caution à cette augmentation. Des démarches sont en cours en ce moment pour imposer aux producteurs de ciment une limite raisonnable de prix de vente qu’ils ne doivent pas dépasser. Je crois d’ici les heures qui suivront,  vous constaterez que le ciment est vendu au prix normal comme auparavant.

 Quelles sont les incidences de cette augmentation sur les chantiers de développement du gouvernement et sur les ménages ?

 Comme le gouvernement n’a pas participé à une augmentation du prix, il serait exagéré de dire qu’il y a une incidence sur les chantiers.  Donc en réalité,  il s’agit donc d’une simple spéculation que les gens sont en train d’organiser et que le gouvernement se dépêche d’arrêter sans délai.  Il n’y a donc pas d’incidence du moment où l’augmentation n’est pas orchestrée par le gouvernement.

 Quelles sont les mesures prévues par le gouvernement pour pallier cette situation ?

 Pour ce qui concerne les mesures prises pour pallier cette situation,  je voudrais rappeler que jusqu’à ce matin,  on a eu une séance de travail avec les cimentiers où il leur a été imposé le prix normal, auquel ça se vendait. D’ici à là,  nous le ferons constater par voix de presse pour montrer à la population qu’à aucun moment le gouvernement n’a contribué ou n’a autorité une augmentation quelconque du prix du ciment.

 Propos recueillis par Martin Aïhonnou

(Coll)