Spread the love

 fbfConformément au protocole d’accord intervenu le 23 décembre 2016, le Comité exécutif consensuel et transitoire de la Fédération béninoise de football (Fbf) dépose son tablier au mois de juillet 2018. Seulement, la confusion qui entoure la mise en œuvre des résolutions issues des congrès des 18 et 19 avril jette un doute sur la tenue à bonne date des élections qui devraient avoir lieu dans huit semaines.

 L’Assemblée générale de la Fbf qui a eu lieu le 19 avril, a été prévue pour valider et adopter les nouveaux textes élaborés pour régir désormais la Fbf. Mais lors des assises, bien des sujets ont divisé les congressistes et ont failli empêcher l’aboutissement du congrès. Des contentieux non tranchés portant sur les résultats définitifs de certains matchs des championnats et la gestion financière du président sont les principaux éléments brandis par bien des délégués qui ont menacé de bloquer le vote du rapport d’activités du président sortant. Le ministre des Sports qui a eu vent des mécontentements, la veille des assises, s’est résolu de rencontrer tous les lobbies présents à la Fbf mais, rien n’y fit. Il a fallu alors, pour calmer tous les esprits, décider de la mise sur pied d’une commission ad’hoc présidée par le ministre des Sports ou son représentant, pour connaître des cas de litiges non résolus. Cette résolution a permis la sereine conduite à terme des activités du congrès et l’adoption des nouveaux statuts.

 Pas de décision de la Commission ad’hoc, pas de corps électoral

 Au lendemain de ce congrès, aucune activité ne s’observe ni au niveau de la Fbf ni au ministère des Sports, dans le sens de la mise en route des résolutions relatives à la mise en place de la commission ad’hoc. Or, la Commission est censée connaître des différents cas soumis à son arbitrage; écouter les différents protagonistes et opiner sur les contentieux. Le Comité exécutif de la Fbf attendra de connaître les décisions définitives de la commission ad’hoc pour avoir une idée réelle du corps électoral. Le 8 juillet est la date qui revient sur toutes les lèvres comme étant celle retenue pour la tenue de l’Assemblée générale élective. Or, l’article 29.2 des statuts de la Fbf stipule que la convocation des délégués se fait 45 jours avant la date  des élections. La corrélation entre les travaux de la commission ad’hoc et la convocation du corps électoral étant établie, il reste à situer les responsabilités. La menace sur la tenue à bonne date des élections est bien réelle.

 S.S (Coll)