Spread the love
Michel Dussuyer
Michel Dussuyer retrouve le Bénin

Six mois après le départ d’Oumar Tchomogo, Michel Dussuyer a été annoncé lundi 25 juin dernier comme nouveau sélectionneur des Ecureuils. Après un premier passage plutôt réussi à la tête des Ecureuils (2008-2010), le technicien français de 59 ans signe un retour en territoire connu.

Terminer « l’inachevé »

Michel Dussuyer avait tristement quitté le navire béninois après la Can Angola 2010 où le Bénin avait terminé dernier de son groupe (il y avait le Mozambique, l’Egypte et Nigeria, ndlr) avec 1 point seulement au compteur. De retour de Benguela, l’équipe béninoise avait été dissoute et le sélectionneur viré. Pourtant, rien ne laissait entrevoir une décision aussi radicale car quelques mois plus tôt, le technicien français avait réussi à extirper le Bénin d’un groupe de qualification relevé en compagnie du Mali et du Ghana notamment, battu à Cotonou lors de la dernière journée des qualifications. En juin 2008, Dussuyer avait en effet pris le relais de Wabi Gomez. Si l’opinion publique et les observateurs s’accordent à dire que le Bénin avait peut-être présenté son meilleur visage sur la scène continentale en production de jeu, la fin de l’aventure a laissé un goût d’inachevé. L’ancien Cannais, libre depuis sa démission de la tête des Eléphants de la Côte d’Ivoire fin janvier 2017, tient donc un second acte après huit ans pour terminer ou reprendre son travail…

Des principes connus

Dussuyer est connu pour être un technicien joueur, amoureux du ballon. L’ancien gardien de but arrive généralement à modeler ses formations à son image, joueuses et disciplinées. Il avait suivi avec attention les performances des locaux lors du tournoi de l’Uemoa 2009 organisé à Cotonou. Ainsi, en 2010, le gardien  Valère Amoussou (Mogas 90), les défenseurs Mouftaou Adou et Junior Salomon (Aspac), le milieu défensif Gérard Adanhoumè (Soleil Fc) et le milieu offensif Arnaud Séka  (Tonnerre Fc) avaient été intégrés à sa liste des 23 pour la Can angolaise. C’est sous son mandat que la Ligue professionnelle avait été lancée au Bénin. Lors de son dernier passage en Côte d’ivoire, il a conduit l’équipe A’ ivoirienne des qualifications jusqu’à la 3è place du Chan Rwanda 2016. Dussuyer a également été à l’origine de l’arrivée de plusieurs binationaux dans les rangs des Ecureuils comme Réda Johnson, Mickaël Poté et Emmanuel Imorou qui ont débuté sous ses ordres. Il a aussi lancé plusieurs jeunes en équipe fanion. On peut citer entre autres, l’attaquant Mohamed Aoudou, buteur-héros des éliminatoires pour la Can 2010, Djiman Koukou et Junior Salomon.

Des attentes fixées

L’objectif affiché des autorités béninoises est une qualification pour la Can Cameroun 2019.  Vainqueurs de la Gambie 1-0 lors de la première journée des éliminatoires, les Ecureuils joueront contre le Togo en septembre. Sans match amical depuis novembre 2016, Stéphane Sessègnon et ses coéquipiers pourraient se produire quelques jours avant de jouer les Eperviers en guise de préparation. Le technicien français, quart de finaliste de la Can 2004 et 2015 avec la Guinée,  connaissant le contexte local, demandera sans doute une restructuration de la Direction technique nationale (Dtn) ainsi que la reprise des championnats nationaux pour travailler sur le moyen terme.

Géraud Viwami

(Coll)