Spread the love

écureuilsExclu lors de la 4è journée des éliminatoires de la Can Cameroun 2019 contre l’Algérie à Cotonou, Stéphane Sessègnon a écopé d’une suspension de deux matchs. Le capitaine des Ecureuils manquera donc les deux dernières rencontres des qualifications à commencer par le rendez-vous du samedi prochain contre la Gambie. Et pourtant, son nom est sur toutes les lèvres…
En brandissant le rouge au stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou Cotonou le 16 octobre dernier, l’arbitre Jackson Pavaza ignorait peut-être qu’il allait priver Stéphane Sessègnon de la suite des éliminatoires. Considéré comme un rouge direct suite aux mots du capitaine des Ecureuils, la commission de discipline de la Confédération africaine de football (Caf) a alourdi la sanction à deux rencontres fermes et une dernière en sursis. Contraint à faire sans son leader, Michel Dussuyer n’a pas retenu l’ancien Parisien pour préparer le déplacement du samedi prochain en Gambie. Co-leader du groupe avec l’Algérie grâce à ses 7 points, le Bénin jouera un adversaire qui n’a presque plus rien à perdre avec 2 points au compteur. Le technicien français aurait tout de même aimé avoir son leader dans le groupe pour son soutien moral, mais il n’a pu obtenir l’accord de son club. En conférence de presse en fin de semaine dernière, le sélectionneur national a clairement reconnu que « Sessègnon est très important et il n’y a pas d’équivalent dans le groupe ». Mais il y a un vice-capitaine. Comme après son expulsion face à l’Algérie, le défenseur central d’Amiens, Khaled Adénon (33 ans), portera le brassard.

Réorganisation en vue

L’absence du milieu offensif de Gençlerbirligi obligera aussi le sélectionneur a changé son plan tactique. Buteur unique face à la Gambie en juin 2017, passeur décisif contre l’Algérie le mois dernier et auteur d’un match de haute facture à Lomé face au Togo, Sessègnon pèse lourd dans les 7 points décrochés par le Bénin dans ces qualifications. Déjà plongé dans la réflexion face aux médias ce mardi, Dussuyer avoue ses plans ou presque : « j’ai déjà mon idée mais je ne vais pas la dévoiler ici ».  Les deux séances à huis clos donneront forcément plus d’indications. Pour rappel, la dernière fois que Sessègnon n’a pas disputé un match officiel avec les Ecureuils c’était en septembre 2013 lors de l’ultime journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2014. Déjà éliminé, le Bénin avait dominé le Rwanda 2-0 à Porto-Novo. De quoi positiver.

Géraud Viwami  (Coll)