Spread the love

 Michel DussuyerLe sélectionneur des Ecureuils, Michel Dussuyer, a sans doute surpris en installant une équipe béninoise en 3-4-3 pour sa première. Un choix tactique qui a permis au Bénin de ramener un point de Lomé, mais tout n’a pas été parfait. Décryptage.

 Ce qu’on a aimé

 Le duo central du milieu Jordan Adéoti-Stéphane Sessègnon a été complémentaire. On ne pouvait pas s’y attendre mais ça a marché parce que le premier ne s’est pas économisé dans le pressing et le replacement et le second a surpris par son activité, ce dont on pouvait douter. Le capitaine s’est aussi révélé utile dans la construction, tel un leader avec beaucoup de sérénité et de bons choix de relance. S’il peut conserver cet engagement, cette collaboration peut durer. Le trio défensif n’a pas non plus perdu de temps pour se comprendre. Khaled Adénon et Junior Salomon déjà alignés à plusieurs reprises avaient déjà des affinités. Ce qui n’a pas empêché Olivier Verdon qui a été aligné pour la première fois en sélection en défense centrale, de sortir une copie très propre. Les trois centraux ont aussi transmis l’assurance aux milieux avec la multiplication des relances courtes qui traduit une volonté de construire depuis l’arrière base.

 Ce qu’on a moins aimé

 Si le Bénin a frappé pour la première fois dans ce match après la 20è minute, c’est qu’offensivement les attaquants ont mis du temps à rentrer dans le rythme. Toute l’animation offensive était poussive. Pourtant, ce n’est pas la première fois que le trio Dossou-Poté-Mounié était aligné mais la configuration n’était pas la même. Mounié a souvent manqué d’appui malgré son bon travail en pivot. Les attaquants intérieurs qu’étaient Poté et Dossou ne resserraient pas assez vers le but pour combiner. Les rares fois où c’est arrivé, les Ecureuils ont été dangereux. Des automatismes à revoir.  Le positionnement relativement bas de la ligne défensive n’a pas vraiment aidé car les Ecureuils qui ont récupéré souvent les ballons trop loin des buts adverses mettent du temps à amorcer les attaques et n’ont pas pu utiliser notamment la vitesse de Dossou en profondeur par exemple. Les coups de pied arrêtés aussi doivent être mieux exploités car l’équipe dispose du potentiel avec quatre joueurs de plus d’un mètre 84 avec un jeu de tête de qualité, dont Steve Mounié qui est redoutable dans ce secteur. Pour leur part, les pistons alignés dans les couloirs ont failli offensivement. Diminué par son mal à la cheville, David Kiki pourtant reconnu pour son apport offensif, a été timide même si son second acte été un peu mieux. On attend beaucoup plus de lui dans la moitié adverse. A droite, Chams-Deen Chaona a aussi fait un match impeccable sur l’aspect défensif mais n’a presque servi à rien offensivement. Dans ce système, les milieux latéraux doivent être loués pour leur apport offensif clé.

 Géraud Viwami

(Coll)